Archives de la catégorie People

Le “Chouchou” de ces messieurs-dames…

Visitez Chouchou au travers du HUD "cinematic", pour les amoureux des vues panoramiques à la hollywood!C’est le voyageur numérique Sacremeustache Beerbaum, qui a fait découvrir “Chouchou” à Montparnasse Belgar. La journaliste de Territoire Digital est tombée amoureuse de cette sim très particulière, qui propose un HUD “cinematic” (pour les amateurs de grands films hollywoodiens romantiques) et diffuse en boucle une magnifique musique ambiant, bien avant de découvrir qu’il s’agissait en réalité du site web en trois dimensions d’un groupe de musique japonais, n’officiant que dans Second Life!
C’est donc en surfant allégrement sur le web que notre enquêtrice préférée a pu pister les musiciens, et écouter l’intégralité de leurs oeuvres au travers de leurs blog, Flickr et Myspace. En haut de l'échelle, la salle de concert suspendue, qui renferme certainement l'un des lieux les plus romantiques de Second Life...Car Chouchou, c’est bien plus que quelques pièces de piano planantes, assorties d’un décorum romanesque, propice à l’exil amoureux… C’est surtout une musique racée et multifacettes, enrobée dans un concept onirique plutôt inhabituel, et cultivant le mystère.
Et c’est ainsi, que tout naturellement, “Monty” s’est permise de contacter la chanteuse “susurrante” du groupe, à savoir Juliet Heberle, qui a bien voulu répondre à ses questions…

Montparnasse Belgar : Qu’est-ce que Chouchou (en terme de concept, musique et histoire), et pourquoi ce choix de nom?
Juliet Heberle : Chouchou s’est formé en 2007, afin de rechercher des nouvelles possibilités de musiques. Nous l’avons appelé Chouchou, parce que nous aimons tous les deux Debussy, et que cela sonnait comme le surnom de sa fille, Chou Chou. Nous voulions aussi être comme les préférés des gens… Enfin, lorsque tu écris chouchou, cela signifie papillon en japonais. Ce n’était pas l’intention de départ, mais je trouve que c’est assez joli. D’ailleurs, nous utilisons de temps en temps les papillons pour notre communication visuelle.

Islamey, vue du ciel...MB : Connaissais-tu ton partenaire, “Arabesque Choche”, avant de monter ce projet?
JH : Oui, nous nous connaissions déjà depuis cinq ans.

MB : Si tu devais donner un nom au style de musique que vous faites, ce serait quoi, et pourquoi?
JH : Hmm… Je l’appellerai “nostalgie pour un futur inaccessible”. Chaque fois que j’écoute notre musique, ou que j’écris les paroles, je suis prise par ce sentiment nostalgique. Et ce n’est pas seulement à cause du passé, mais aussi pour ce futur qu’on ne verra probablement jamais. Nous aimons aussi mélanger des choses complètement opposées dans notre musique.

MB : Pourquoi avoir choisi Second Life pour répandre votre art?
JH : Nous pensons que notre technologie est toujours dirigée vers les nouvelles possibilités en matière de musique et arts, et que Second Life est l’une des principales plateforme de musiques et arts scéniques du futur. Nous essayons toujours de présenter notre musique avec des grands espaces, des atmosphères et des scènes, de manière à ce que les gens puissent “sentir l’air” de notre musique, et qu’ils puissent même la toucher du doigt. Lorsque nous avons débuté, avec Chouchou, nous voulions être comme un rêve qu’on ne peut voir que dans SL. Un petit peu comme… Lorsque tu te réveilles, que tout est parti, mais que tu te souviens des sons et des voix que tu as entendus dans ton rêve.

Welcome to Islamey! MB : Cela veut-il dire qu’il n’y aura jamais moyen que vous vous produisiez dans la vraie vie, et vendiez de vrais CD dans de vraies magasins de disques?
JH : Oh, mais nous projetons de le sortir, ce premier CD! Une compagnie de disques belge appelée “U-Cover” semble avoir vraiment apprécié notre musique, et nous a demandé de sortir notre album dans l’un de leurs labels. On travaille là dessus, sans savoir encore quand sera la date de sortie, mais nous avertirons tout le monde via notre blog, dès que ce sera fixé.

MB : Parle-nous de votre île dans SL. Que peut-on y trouver, quel est son but, que peut-on y trouver et y faire?
JH : Nous exprimons le monde de notre musique au travers de cette sim. J’avais cette image dans ma tête, et j’ai voulu  la mettre en forme. C’est comme ça que le niveau du sol a été créé. Au niveau supérieur, nous avons ce magnifique étage appelé “Islamey”, réservé exclusivement à nos performances scéniques. Mais cela dépend surtout de la personne qui visite la sim, qui peut y trouver ce qu’il veut ou recherche. Tout ce que nous voulons, c’est que les gens trouvent eux même leur propre chemin.
Mais pour moi, c’est comme une fenêtre vers mon univers intérieur, dans lequel je peux me parler. Ça me ramène toujours à des sentiments purs que je garde enfouis quelque part au plus profond de mon coeur.

Juliet Heberle, et Arabesque Choche, les deux membres du groupe japonais Chouchou, en visite sur leur île dans Second Life.MB : Quels sont vos projets pour Chouchou?
JH : Tu veux parler de nos futurs projets pour Chouchou? Eh bien nous allons sortir de nouvelles chansons sous peu, et travaillons actuellement sur un remastering de tous nos précédents morceaux. Nous avons l’intention de vendre notre musique sur iTunes.
Nous allons aussi refaire Islamey et construire un nouvel espace symbolique dans SL, où nous reprendrons nos concerts, avec de nouvelles chansons!

MB : Question subsidiaire : Je suppose que tu as aussi une vraie vie… Peux/veux-tu en parler?
JH : Nous évitons de parler de ce que nous faisons dans la vraie vie. On essaye de garder cela secret!

Propos recueillis et traduits de l’anglais par EHB.

Et pour finir en beauté, voici quelques petits clips, pour les amateurs…

, , , , , ,

Pas de commentaire

Un musée vivant esselien!

PhilippeO Janus dans la partie "profils" de sa "Métaverse Galerie", PhilippeO Janus vient de monter une galerie un peu spécifique, la “Metaverse Galerie“, qui s’apparente plus à un musée vivant sur Second Life, qu’à une galerie d’art classique… Explications!

Montparnasse Belgar : Qui es-tu, et que fais-tu, qu’est-ce que SL pour toi?
PhilippeO Janus : Pour parler de moi en deux mots, sur le web j’ai une activité d’agence web et de référencement. Je gère mes propres sites, dont Adminet france et le blog d’Adminet. Je vois Second Life comme une nouvelle forme d’internet, et demain, je ne m’interdis pas d’aller sur les open sim car je pense que l’avenir est aussi aux open grid/sim. J’espère faire venir sur SL mes propres clients ainsi que de nouveaux.

MB : Tu viens de créer sur SL une galerie d’un genre nouveau sur Bellobas 110/30/43. Quel en est le principe?
PhilippeO Janus : Il y en a plusieurs. Le premier c’est de faire découvrir Second Life à ceux qui arrivent, avec une présentation des personnes que j’y ai croisées et qui font SL. C’est un choix totalement subjectif sans critères formalisés, où l’avatar est présenté avec une photo et une note de présentation. Soit il a déjà la photo, soit on la fait ici, ou chez lui. Ce sont des gens dont j’ai trouvé que, d’une manière ou d’une autre, ils faisaient SL. Alors on pourra dire que chaque visiteur fait SL, mais je ne rencontre pas chaque visiteur! Chaque profil ici raconte une part de l’histoire de SL et continue à y contribuer. Voilà pour la galerie de profils. En face, il y a une galerie de lieux à visiter selon le même principe.

La "Métaverse Galerie", sur Bellobas 110/30/43MB : Donc tu répertories ici un peu toutes les catégories “socio professionnelles” de SL? Je ne parle pas des “escorts”, bien entendu, mais plutôt des artistes, builders, etc…
PhilippeO Janus : Finalement dans les événements organisés ici ou là, on finit par retrouver un peu le meme groupe. Mais ce n’est pas une galerie d’artistes ou de builder. Je ne raisonne pas en termes de compétences. Mais finalement ce sont des profils divers qui, par la force des choses, se cotoient. Avec en effet des codeurs, des artistes, des commerciaux, des chefs d’entreprise, des graphistes, des touristes, et parfois, ceux qui sont un peu tout ça à la fois!

MB : Concernant les lieux, c’est pareil : éclectisme et feeling?
PhilippeO Janus : Oui! Il y a une face sombre de SL que j’ai choisi de ne pas présenter, car j’estime qu’on n’a  pas besoin de moi pour la découvrir! Et je te vois venir : ce n’est pas une question de positivisme, mais une incitation à la découverte et à la curiosité. Idem pour les oeuvres d’art au 2ième étage : ce sont des oeuvres que j’ai achetées ou que les artistes m’ont données.

La partie "lieux à visiter" de la "Métaverse Galerie", en mise à jour permanente...MB : Tu as trouvé un nom à ce projet, que j’ai déjà envie d’appeler un “musée vivant”?
PhilippeO Janus: Effectivement, c’est tout à fait ça, dans le sens où c’est inciter à la découverte d’un monde en mouvement, loin d’être figé, et sans autre critère que mon plaisir à faire découvrir. La “Metaverse Galerie”, c’est le nom de cet ensemble, est en construction permanente. Je suis toujours curieux de rencontrer de nouvelles personnes qui pourront venir -ou non- figurer dans la galerie de profils, visiter de nouveaux lieux à faire connaître, ou découvrir de nouvelles oeuvres à partager.
Ce qui est remarquable, c’est que la plupart des gens de la galerie se connaissent. Et quelque part, on voit ici une photographie de ce réseau informel. Je n’aurais pas pu faire cet endroit sans l’aide de Mallory Destiny qui a construit le bâtiment et contribue beaucoup à l’élaboration de la galerie.

MB : Tu vas organiser des events ici?
PhilippeO Janus : Déjà, l’inauguration le 10 mars, j’espère que ce sera le premier événement! Mais  j’aimerais faire venir les uns et les autres sans rien d’autre de particulier. C’est déjà un évènement en soi! A l’avenir, je n’exclus pas des expositions temporaires, mais il existe déjà un très fort réseau de galeries d’art, qui fait très bien ce travail.

la néérlandaise Mallory Destiny a largement contribué à la mise en place de ce projet de musée vivant.MB : Je vois qu’il te reste encore pas mal d’espace à garnir! ;-)
PhilippeO Janus: oui, on fera une inauguration par niveau. Mais ça prend du temps! Sinon, en face dans le “Metaverse Hotel”, je compte faire venir des entreprises, associations ou autres communautés.

Propos recueillis par EHB.

, , , , , , ,

2 commentaires

Chirurgien esthétique sur Second Life!

Myriam Republic, skineuse professionnelle sur SL!Myriam Republic possède la SIM Best Skin 220/53/27. Son job sur SL, c’est de confectionner et vendre des skins et des shapes* en très haute qualité de définition. Elle a bien voulu raconter à Monty Belgar comment elle s’est lancée dans le commerce in world…

Montparnasse Belgar : Bon, alors, raconte! Qui es-tu, et que fais-tu sur Second Life?
Myriam Republic : En fait, je suis créatrice de skins et de shapes, et je les vends ici en magasin depuis février 2008. Avant, je relookais les avatars sans avoir de magasin; car j’ai démarré SL en janvier 2007, comme tout le monde, en commençant par le bas de l’échelle! J’ai appris grâce à des américaines qui m’ont fait faire les boutiques, et dépensaient beaucoup… Des centaines de Dollars par jour. Pas des Linden Dollars, hein? Je parle bien de Dollars US! Donc j’ai appris à connaître les bons magasins, etc. Ensuite, j’ai commencé par les shapes, en fonction des skins que je faisais acheter à mes clientes. Puis en février 2008, une amie ma décidée à ouvrir un magasin sur une parcelle de 4096 prims. Celui où nous nous trouvons actuellement, d’ailleurs. C’est le premier terrain du premier magasin! Ensuite, petit à petit ça a grossi. Mais au départ, on n’avait pas beaucoup de choses!

MB : Et aujourd’hui, te voilà propriétaire d’une SIM entière!
Myriam Republic : Oui, aujourd’hui jai une sim avec plusieurs magasins de styles différents. On y trouve essentiellement des skins et des shapes, mais aussi des vêtements, des bijoux, des lunettes, des cils et des montres! Je ne m’occupe que des skins et des shapes, mais j’ai racheté à un ami qui a quitté SL ses créations de montres. Pour les vêtements, je travaille avec des créateurs que je connais bien, et que j’ai sélectionné pour leur qualité de travail, car la création de skins, ça prend beaucoup de temps, et je ne peux pas tout faire!

Monty Belgar a un sérieux besoin de relooking... Problèmes de peau, corpulence... Il fallait tout revoir à zéro!MB : Ah, justement, as-tu des salariés?
Myriam Republic : Non, mais je paye des photographes quand j’en ai besoin, comme Willow Ahn, que tu connais déjà, ou d’autres. Parce qu’un oeil de photographe pour les prises de vues, c’est mieux. Et surtout, les photos de Willow, c’est un gros plus! Pourtant, j’avais une très grande photographe SL avant. Mais Willow est aussi photographe en RL, et ça change beaucoup de choses!

MB : Tu peux me donner une fourchette de prix, pour tes skins?
Myriam Republic : Mes skins sont vendues 2000 L$, et les skins avec shapes et notecards de suggestions de présentation (pour les tenues, les yeux et les cheveux etc.) : 3500 L$. Mais je fais aussi des shapes sur mesure à 2500 L$, et des maquillages spéciaux sur demande, pour mes skins. En gros, à partir de photos RL, je peux faire que l’avatar ressemble à la vraie personne… Même si maintenant, j’en fais de moins en moins par manque de temps. Après, je peux rajouter des grains de beauté, faire des cils ou des ongles, des couleurs de lèvres différentes… Bref, tout ce qui peut embellir la femme, mais toujours en restant dans “le naturel”!
Je vends aussi une skin “homme” (une autre sortira cette année, je pense), bien que je sois spécialisée en skins féminines! Mais quand on travaille seule, ce n’est pas simple de tout faire!

Un petit peu de shopping avec Lynet Lytton, ça ne peut pas faire de mal!MB : Excuse l’indiscrétion, mais tires-tu un revenu de cette activité commerciale in world?
Myriam Republic : lol, on peut dire que oui, mais je ne m’étalerai pas sur le sujet!

MB : Tu ne fais plus que ta boutique SL, ou tu as un job dans la RL?
Myriam Republic : j’ai un job RL aussi : je suis graphiste et créateur de sites, et je travaille dans le marketing Internet, et notamment le référencement.

MB : Okay! Qu’est-ce qui t’a donné envie de monter ce commerce? Combien de temps cela te prends t-il?
Myriam Republic : Ben en fait, au départ, c’est un ami bijoutier dans la vraie vie qui ma parlé de Second Life, en me disant que certains de ses clients très riches jouaient à ce jeu. Alors comme en plus le relooking in SL était devenu ma passion, j’ai décidé de me lancer.
Sinon, ça dépend vraiment de l’inspiration, mais par exemple, en ce moment, je passe à peu près deux heures par jour in World. Mais quand je créé des skins, alors j’y passe vraiment du temps!
J’aide aussi souvent les gens à comprendre la différence entre Skin et Shape. Les nouveaux, et même certains anciens ont du mal à comprendre le concept… *Donc je précise aussi pour tes lecteurs : la Skin, c’est la texture de la peau, les détails du visage, la couleur des lèvres, le maquillage, les grains de beauté, le sexe, etc. C’est ce qui donne l’aspect réaliste à l’avatar. La Shape, ce sont les formes et la taille, bref, les mensurations de l’avatar, et l’architecture finale de son visage.

MB : Justement, puisqu’on parle d’inspiration… Tu fais tes skins en pensant à des gens en particulier (je parle de célébrités, comme les mannequins, stars de ciné, etc…), ou n’as tu que l’imagination pour muse?
Myriam Republic : Non, j’assemble des parties de corps, j’essaye de faire des visages de skins neutres, pour pouvoir travailler les shapes après, car le skin a plus de potentiel comme ca. En fait,  c’est la shape qui donne le résultat final. D’ailleurs nos skins vont généralement avec la majorité des shapes des clients, si bien évidement la shape est de qualité… C’est un travail d’harmonisation.
Ensuite, je regarde les profils des gens, leurs photos RL, et je m’en inspire lorsque ça me plait. Parfois même, en me baladant dans Second Life et en achetant des vêtements, je fais la shape!

Et voilà le travail! Porte-feuille allégé de 2000 L$, mais effet assuré! Juste une petite précision, les photos des modèles "Loana" sont de Willow Ahn...MB : Bon, tu fais de bien jolis avatars (qui sont souvent des canons de beauté)… ça t’est jamais venu à l’idée de faire des gens laids, ou des extraterrestres, mais de qualité? Par exemple, il y a un paquet de RolePlays, des Cyberpunks, des Vampires, des Jedi…
Myriam Republic : Ben mon créneau, ce serait plutôt de faire des gens beaux! En fait, j’essaye le plus possible de me rapprocher de la vie réelle, de faire en sorte que les gens se sentent bien dans leur avatar… Certains s’inventent des vies ici, d’autres veulent y être comme en RL. Ça fait partie du choix marketing que j’ai fait. Mais je peux faire ce qu’on me demande, car le but, finalement, est d’arriver à satisfaire les gens!

MB : Selon toi, qu’est-ce qui fait la spécificité de ton travail?
Myriam Republic : j’essaye de me rapprocher le plus possible de la vie RL, dans les détails. Sinon, j’essaye d’être proche de mes clientes, de bien comprendre leurs envies, pour mieux les reproduire. Parfois, ça va même très loin -et la c’est spécial- jusqu’à avoir les mêmes parties intimes qu’en RL! C’est marrant!

MB : Uh, ça c’est trash! Je me demande bien ce qu’on peut rechercher avec des idées pareilles!
Myriam Republic : toujours pareil : c’est le soucis du détail, notamment lorsque l’avatar est très proche du corps de la personne, dans la vie réelle! On me fait parvenir une photo coupée juste sur la partie du corps voulue. Pour ce type de demandes, ce ne sont généralement pas des clientes françaises. D’ailleurs, je travaille essentiellement avec des clientes étrangères : Allemagne, USA, Japon, Arabie Saoudite, Australie, île Maurice, Hawaï… Ensuite, je pense qu’il y a  aussi pas mal de magasins de vêtements, qui s’en servent pour mettre en valeur leurs tenues. C’est très important. D’ailleurs, certains produits sont adaptés suivant les pays. Chaque Skin est déclinée en série de 4 à 6 couleurs, mais par exemple, Les skins “Xtralight”sont plutôt prisées par les pays asiatiques. En Europe, c’est plutôt les “Light” (normal) et “Med”(bronzés)…

MB : Tu veux dire que dans cet univers des possibles, les gens cherchent à ressembler absolument à ce qu’ils sont dans la vraie vie?
Myriam Republic : Non, pas tous. Mais comme le concept de ces boutiques-ci, c’est ça, les clientes qui y viennent le font dans cette optique : elles savent qu’elles ne seront pas déçues! A chacun son créneau, même si peut-être qu’un jour, je peux me décider à faire un magasin spécialisé pour Nekoes (avatars mi-humains, mi-animaux, comme la société des hommes-chats dans le RP Midian City – NDLR) ou autres!
On peut juste dire que je suis une sorte de chirurgien esthétique du jeu. Par exemple, j’ai inventé des ombres autour des seins qui n’existaient pas avant, et qui les rendent plus réalistes…
Le problème est aussi que le regard des gens dépend de la qualité de leur carte graphique! Meilleure est la carte, meilleure sera la définition des détails. En plus, cette année, on va passer dans des résolutions de travail plus importantes, donc un bon matériel sera de rigueur!

MB : Un petit Scoop, pour terminer?
Myriam Republic : j’ai un nouveau modèle qui sortira en mars. Il sera spécial, avec une innovation qui fera sans doute une petite revolution, et que les autres créateurs copieront! Je n’en dis pas plus, car c’est encore top-secret! ;-)

Propos recueillis par EHB.

, , , , , , , , ,

3 commentaires

La Rue en concert à la Citadelle, pour la Saint Valentin!

Sacremeustache Beerbaum, instigateur de la retransmission du concert de La Rue sur TourniSamedi 14 février à 21 heures, aura lieu aux pieds de la citadelle, sur les hautes terres de Tournicoton,  la retransmission d’un concert live depuis Grenoble du groupe rock français La Rue. “C’est la deuxième fois qu’on les retransmet sur Tourni”, explique le principal instigateur de l’évènement, Sacremeustache Beerbaum. “Ce coup-ci, on est obligé de le retransmettre en différé, car il n’y a pas de connexion dans le lieu du concert, mais pour le prochain groupe Spaita, ce sera du direct live depuis un théâtre!”

Du rock chez les Cathares!

citadelle_001Pas d’occasion spécifique pour organiser un concert pareil, pas même la fête des amoureux, mais seulement l’envie de les revoir jouer sur écran géant dans Second Life! “La dernière fois, pas mal de monde avait apprécié leur prestation, retransmise depuis les jardins de Philippe Codecco. Je leur ai proposé de revenir, et ils avaient eux aussi un super souvenir de la dernière fois!” Ce concert sera aussi l’occasion, pour tous ceux qui viennent d’arriver in SL, de découvrir l’énorme travail fourni pour la reproduction de la citadelle, ainsi que la très belle exposition photo de l’ange Sacre.

EHB

, , , ,

2 commentaires

De la techno chez les pirates!

Jeangilles Anthony, l'un des DJ qui animera les 27 et 28 févriers l'île de RememberUn week-end Techno est organisé les 27 et 28 février prochains sur Remember Island, l’île aux pirates du projet Sail Away. Un peu anachronique comme lieu, non? “C’est tout l’intérêt de faire une teuf comme ça”, explique Jeangilles Anthony, l’un des organisateurs, qui connait bien. “Le principe, c’est de faire une soirée fun, avec de bons DJ, dans un joli décor qui change des clubs habituels. Et puis Sail Away est un projet osé et sympa, et j’ai donc eu envie de leur donner un petit coup de main à le faire connaître, en réalisant quelques fêtes sur le land!”

Des artistes à foison, sur deux jours!

Remember Island, la paradisiaque île aux pirates de Second Life, qui abrite le projet Sail AwayA quel style de musique doit-on s’attendre? “le programme sera bouclé une semaine avant la date,  mais on va y retrouver divers styles électro : minimal/techno/eletronic/house/harstyle/hardcore etc”. Quelques noms sont d’ores et déjà  inscrits au programme : Martino Bamaisin, ISItheDreaMakeR, Clastix, Frederick Heberle, M8, et Jeangilles Anthony lui même, bien sûr… A Prod Corp, qui co-organise l’évènement, a décidé d’investir le bateau et la plage pour cette fois-ci, mais n’exclue pas d’envahir la grotte des pirates à la prochaine occasion!

EHB.

, , ,

Pas de commentaire