On parle également de Concerts

Une nouvelle SIM francophone s'inaugure!

Par Etienne Boyer le 28 mai 2009 - 1 Commentaire

Inauguration de France - Terre des Secrets, avec 1,2,3, Soleil et Territoire DigitalA deux pas de l’arbre de Territoire Digital, de la Bibliothèque Francophone, de Handicap Life, et de RIL Shopping, s’est installée -sur la SIM Saveurs Régionales-  1,2,3, Soleil, une association composée de résidents francophones de Second Life, parmi lesquels on retrouve notre ex-noob Baudelaire Kalinakov, Mareva Avril, ou Captain Aeon. Demain soir (vendredi 29 mai de 21 heures à 3 heures du matin), le groupe inaugure sa parcelle, « France – Terre des secrets » avec des concerts DJ, expos et jeux esselliens en tout genre!

France - Terres de Secrets, sur la sim Saveurs Régionales de l'archipel Territoire Digital.De noob à expert en quelques semaines!

Lorsque Territoire Digital s’est mis en quête d’un groupe désireux de bien vouloir animer l’archipel, Montparnasse Belgar s’est adressé à Baudelaire, qui semblait plutôt dégourdi pour un newbie arrivé à Second Life via l’épisode des Experts à Mahnattan, diffusé à la télévision en janvier dernier! L’impression s’est confirmée au delà des espérances, puisque notre apprenti avatar est aujourd’hui devenu un vrai pro de SL. Il n’y a qu’à venir visiter « France – Terre des secrets » pour s’en persuader!

Le dancing le "Soleil Palace", sur France - Terres de Secrets« France – Terre de Secrets » et d’accueil!

Vous y trouverez un village du midi, un espace sandbox, un moulin sur la montagne, un lagon donnant sur une salle secrète, un port avec sa jetée, une plage ombragée, un terrain de pétanque, un bowling, une exposition de créations en trois dimensions et animées de Casta Oh, mais aussi une immense discothèque (Le Soleil Palace) située dans le gros astre technoïde qui trône à une centaine de mètres au dessus de la sim. Bref, il y a beaucoup de choses, d’endroits et de surprises à découvrir sur cette jolie SIM qui se veut une terre d’accueil pour nouveaux résidents SL! Faites-le savoir autour de vous, et venez nombreux vendredi soir!

Petit village provençal, au centre de France -Terre de secretsDemandez le programme!

Une expositon d’art « SLien » avec les Totems De Casta Oh à découvrir absolument aura lieu au 2ieme et 3ieme étages, au dessus du club Soleil Palace.
La soirée d’inauguration sera retransmise sur SLIVE RADIO, partenaire officiel de 1,2,3 Soleil.
Vous pourrez aussi assister aux performances Live de trois Disc Jockeys : DJ Chtal (21h00/23h00 : DanceFloor Ambiance), Djette Lektra (23h00/1h00 : Punchy Glamour Chaleur) et la RLP Mix (1h00/3h00 : Dj Pro Remix Inedit). Enfin, vous pourrez tester plein de nouveaux Jeux inedits et Gratuits pour le fun!

EHB.

Des concerts live in SL pour la bonne cause!

Par Etienne Boyer le 04 mai 2009 - Donnez votre avis

Cat Boucher, manageuse de club dans Second Life, invite de nombreux artistes à se produire live. Son prochain projet : des concerts au bénéfice de Médecins sans Frontière.Montparnasse Belgar a rencontré Cat Boucher par pur hasard… En cherchant un musicien susceptible de vouloir se produire live in SL, lors d’un Event de RIL Shopping, elle est allée faire un petit tour au bar The Blarney Stone, à Dublin, voir si les Irlandais amateurs de chansons seraient à même de lui donner une piste. Là, elle a rencontré la tenancière des lieux, qui lui a suggéré de s’inscrire dans le groupe Live Music Enthusiasts, qui répertorie un certain nombre d’artistes et managers, mais aussi de lieux de concerts. A peine la première annonce était-elle déposée sur le tchat du groupe, que déjà les réponses ont fusé. Cat Boucher fut la première à répondre, et à communiquer des dizaines de contacts de musiciens SL et RL de grand talent, et dont Monty Belgar (et son alter ego) n’avai(en)t même jamais entendu parler…

Grâce à l’aide de Cat Boucher, RIL Shopping a pu faire découvrir au public francophone des artistes comme Olhos Atentos, ou FunkyFreddy en mars dernier, au cours de mémorables soirées. Rendez-vous fut pris, afin de passer la belle à la question, un jeu auquel l’allemande philanthrope s’est prêté en anglais dans le texte, avec la gentillesse qui la caractérise, dans son fief, sur Yongnam.

Cat Boucher : Bienvenue Monty! C’est ma maison ici, ce bâteau dans un arbre!
Montparnasse Belgar: Waow! C’est superbe! Merci pour l’invitation.

CB : Je te ferais visiter tout ça, si tu veux. Mais assieds-toi, je t’en prie!
MB : Merci Cat. On fera ça après l’interview si tu veux bien. Avant de commencer, il faut que tu saches que tu as un certain nombre de « Jokers », si tu ne veux pas répondre à des questions d’ordre personnel. Je ne publierai pas des choses que tu voudrais tenir secrètes.
CB : Merci, lol. Je suis prête!

Funkyfreddy, guitariste-chanteur et auteur-compositeur américain jouait live dans le club de Cat, fin mars dernier. MB : Okay, Cat, tu es sur Second Life depuis combien de temps, et pour quelles raisons?
CB : J’ai créé mon compte en février 2007. Au début, c’était juste pour m’amuser. J’en avais entendu parler dans une émission de télé, et j’ai voulu savoir par moi même de quoi il s’agissait au juste. J’ai donc commencé à découvrir SL, et ai été impressionnée par la créativité dont les gens font preuve ici. J’ai rencontré quelques personnes, rejoint plusieurs groupes, dont Live Music Enthusiasts. Ça m’a fascinée de pouvoir écouter des artistes provenant du monde entier.
En mai de la même année, j’ai rencontré un gars, et nous sommes devenus amis. Il était musicien dans la vraie vie, et je l’ai aidé à monter son premier concert in SL, dans le club d’un ami. Ce dernier avait besoin d’aide pour manager son club, il m’a demandé si je voulais en être, et j’ai dit oui. Quelques mois plus tard, il a déménagé, et j’ai pris la décision d’ouvrir mon propre club.

MB : Et c’est comme ça que tu es devenue manageuse de club dans Second Life!
CB : lol, oui, à New York! J’ai transformé ce qui n’était alors quasiment qu’une boite à DJ en salle de concert, produisant principalement de la musique en direct, qui faisait aussi office de gallerie d’art, parce que je trouve que la musique et les arts plastiques vont bien ensemble. Je pense que j’étais certainement une des premières à faire ça sur Second Life.

MB : Est-ce ta principale occupation dans Second Life?
CB : Oui, je suis là pour travailler, supporter et promouvoir des musiciens. J’essaye aussi de faire la même chose en RL.

MB : Ah mais tu veux dire que c’est carrément ton vrai job dans la vraie vie?
CB : Eh bien ça va un peu dans cette direction, oui. Je travaille avec un label de disques en Angleterre, mais aussi avec un manager RL/SL. Cela a vraiment commencé dans Second Life, mais j’ai eu travaillé dans le marketing, chez BMG. Et j’ai grandi dans une famille de musiciens. Donc quelque part, tout ceci ne m’était pas étranger.

MB : Je vois! Avant qu’on poursuive ton histoire dans Second Life, peux-tu nous en dire un peu plus sur ta vraie vie, ou est-ce de l’ordre du privé?
CB : C’est en partie privé. Dans la vraie vie, je suis ergothérapeute, mais je ne pratique pas pour le moment. Je vis dans une ferme en Allemagne, et cela me prends beaucoup de temps! Je ne t’en dirais pas plus à ce sujet, je ne pense pas que ce soit nécessaire ;-)

Grâce à Cat Boucger, le groupe de Reggae Bresilien Olhos Atentos a pu venir se produire dans le RIL Store.MB : Pas de soucis! Revenons à ton cheminement dans Second Life, si tu veux bien…
CB : Alors c’est parti! En octobre 2007, j’ai donc ouvert mon premier club avec seulement 30 membres! Ce n’est pas énorme, mais j’ai commencé comme ça, et aujourd’hui, j’en suis à 360! Mais devenir membre du club n’est possible que sur invitation. C’est ma manière à moi d’être certaine que ce sont de vrais fans de musique, et aussi des acheteurs potentiels.

MB : Des acheteurs???
CB : Oui, c’est très important pour les artistes : des acheteurs de leurs CD, ou de leurs mp3. Comme je te disais, je supporte et fais la promotion de musiciens. Ceux qui sont dans mon groupe sont tout à fait capables d’envoyer des invitations à tous leurs fans, où qu’ils jouent. Et ils peuvent en joindre beaucoup!
Grâce à ce système, je n’ai pas peur de predre des membres qui iraient voir ailleurs… Beaucoup de gens pensent que je suis folle de faire comme ça, mais j’ai pu constater l’efficacité de cette méthode.

MB : Comment entres-tu en contact avec les artistes que tu comptes produire?
CB : En fait, nombre d’entre eux me demandent eux-mêmes de venir jouer chez moi. Parfois, je vais moi même à leur recherche, en allant voir des concerts, ou alors ce sont des musiciens de mon groupe qui me les recommandent. J’organise aussi des tremplins, pour trouver des nouveaux talents.
Je suis ouverte à tous les styles. Je n’ai pas d’a priori en la matière. Mes goûts personnels ne rentrent pas en ligne de compte. Mais ma seule exigence, c’est que ça doit être bon. J’entends par là de bonne qualité. Je travaille principalement avec des auteurs compositeurs, dont la plupart sont aussi des musiciens dans la vraie vie. Je ne suis pas vraiment une manageuse de groupes. J’essaye juste, en utilisant mon réseau d’amis et connaissances techniques de les aider, en tout cas de les  pousser à se dépasser. Et SL est vraiment une super endroit pour ça.
Je précise que pour pouvoir se produire dans mon club, il est recommandé de jouer des titres originaux, plutôt que des reprises. Si c’est pour entendre de la variété type MTV ou Top 50, mieux vaut que les gens allument leur télé! Et mes invités attendent quelque chose de différent, et plus ou moins jamais entendu ailleurs, dans d’autres clubs. Souvent des nouveaux, ou des artistes officiant dans un genre expérimental.
Certains d’entre eux, comme Euterpe Queller, Anek Fuchs, ou Peregrine Singh ont fait leur premier concert SL chez moi!

MB : A ce propos, as-tu quelques anecdotes sympathiques à raconter?
CB : Ah oui, j’ai une jolie histoire! Tu connais Joaquin Gustav? C’est un guitariste argentin qui joue essentiellement du tango. J’ai commencé à travailler avec lui en 2007, lorsqu’il était relativement nouveau et portait encore sa skin de newbie. J’avais organisé un concert dans mon club, mais le musicien n’est pas venu. Joaquin, qui était dans le public, m’a demandé s’il pouvait aider. Je ne le connaissais pas à l’époque, et lui ai rétorqué “qu’il pourrait m’aider seulement s’il était musicien…” Il a répondu  : “Oui, je le suis… Dois-je monter sur la scène et commencer à jouer?” Et je l’ai suppliée de le faire, bien sûr!
Depuis, je le supporte et le fais travailler à la première occasion. Et là, il vient de recevoir le LAMA Award, qui récompense le meilleur musicien d’origine Latine!
Je ne dis pas qu’il est devenu célèbre grâce à moi, mais je suis l’une des première à lui avoir donné l’opportunité de jouer. Il est déjà tellement bon qu’il aurait pu y arriver tout seul, de toute façon. Mais je suis fière d’avoir su voir sa valeur, et pu l’aider.

Le petit paradis de Cat Boucher dans Second Life, sur YongnamMB : Jamais de mauvaises surprises avec les musiciens?
CB : Pas vraiment, sinon je m’en souviendrais… Non, juste les trucs habituels : le stream qui ne fonctionne pas, le musicien qui ne peut pas se connecter, une date oubliée, ou carrément la sim qui se déconnecte! Mais bien entendu, je ne dirais rien si j’en avais eu ;-)
Mais bon… La plupart des gens avec qui je travaille sont adorables, et quelques uns d’entre eux sont même des amis précieux.

MB : Louer des musiciens a un coût. Comment fais-tu pour financer tout ça?
CB : Simplement avec des pourboires! Je n’ai pas d’autre rentrée d’argent dans Second Life, même si je créée quelques trucs de temps en temps. Donc j’investis pas mal d’argent moi même, mais si c’était un jeu, je ne le ferais pas. C’est que j’ai un gros et nouveau projet derrière tout ça.

MB : Ah oui? Quoi donc?
CB : Je veux collecter des fonds pour Médecins Sans Frontières! Ça a été un peu difficile à négocier avec l’organisation humanitaire, parce qu’ils avaient déjà refusé une offre émanant directement de Linden Lab. Mais il y a quelques semaines, ils m’ont rappelé pour me dire qu’ils sont prêts à essayer. Apparemment, ils ont aimé le concept de toucher le monde réel avec le monde virtuel (et vice-versa). En gros, je vais organiser (dans SL d’abord, en RL ensuite, si possible) des concerts de six heures une fois par mois, avec une douzaine de musiciens de tous horizons à chaque fois. Tout l’argent collecté reviendra à l’organisation.

MB : Woaw, énorme! Et c’est pour quand?
CB : J’espère que ça va démarrer très vite. Enfin ça va dépendre de pas mal de choses : de ma réactivité à  porter et développer le projet, mais aussi des musiciens, qui peuvent parfois être longs à répondre. Mais pour l’instant, Al Hofmann, Donfranko Dagostino, Peregrine Singh, Lollo String, Euodia Baxton, Zerbie Magic, Freestar Tammas, yewall Paine, Truelie Telling et Jeanchritof Chevalier ont d’ores et déjà accepté de se produire pour Médecins Sans Frontières.
Il faut aussi que j’envoie les liens de ces artistes au QG berlinois de l’organisation, histoire qu’ils vérifient qu’ils n’emploient pas de textes nazis, ou quoi que ce soit d’autre de politiquement incorrect… Ils sont très stricts et vigilants avec ça, et je les comprends. Pour te donner un exemple, ils n’ont pas accepté une donation de la compagnie Siemens à cause de sa participation au régime nazi, pendant la seconde guerre mondiale.

Propos recueillis et traduits de l’anglais par EHB.

Catégories: Concerts, Events, Musique, People

“La planète des petits princes”, c'est aussi la nôtre…

Par Etienne Boyer le 17 avril 2009 - Donnez votre avis

La planète des petits princes, avec Mariaka NishiTournicoton (Kuai Hele) vient d’inaugurer une toute nouvelle exposition transdisciplinaire, déambulatoire et permanente intitulée La Planète des Petits Princes. Si l’on doit l’idée originale à la prolifique Mariaka Nishi (aka Anne Astier), l’artiste s’est une nouvelle fois entourée d’un pléthore de partenaires pour la réalisation de cette oeuvre multi-facettes. Parmi lesquels on retrouve Naastik Rau, Frao Ra, Sacremeustache Beerbaum, Coulaut Menges, Joan Horsforth, Typote Beck, Léonie Becuwe, Philippe Kodekko, Hoshiko Naidoo, Anathaniel Gausman, et Jean-Marie Legros, qui apparaissent à divers niveaux de participation : photographie, dessins, musique, son (une introduction textuelle de l’écrivain Satprem, diffusée en boucle, permet de se mettre dans l’ambiance), build, conseils et inspiration.

Un hymne -plein d’espoir- à l’humanité.

Un peu psychédélique par endroits, comme ici, dans cette immense bulle arc-en-ciel“Le concept est toujours sur le principe d’un cheminement dans une exposition (à ressentir dans sa forme énergétique) qui délivre au passage de petites graines, de petites touches, pour assembler un puzzle qui devient cohérent dans son ensemble”, explique l’initiatrice. “Et le thème de l’exposition est l’humanité et notre planète d’accueil. Je voulais restituer, accompagner un peu et sans démonstration toute faite cette évolution de nous même, et de la société que nous construisons. En fait, tout converge pour amener doucement le promeneur vers un endroit de lui même, et vers son avenir!”
Pour Mariaka et ses compagnons, “La planète des petits princes” -truffée de symboles et d’analogies discrètes au chef d’oeuvre d’Antoine de Saint Exupéry (qui invitait le lecteur à retrouver l’enfant qui vit en soi)- c’est une manière poétique de restaurer la force et la beauté sur la terre, de reprendre une conscience d’amour…

La balle est dans votre camp…

Une exposition pour reprendre conscience de notre humanité, de la chance que nous avons d'être des hommes vivant sur une planète qui nous donne le meilleur d'elle même.Mariaka avait commencé à réfléchir à cette oeuvre commune avec une première équipe un an auparavant. Et puis pour x raisons, le projet n’a pu  aboutir, et fut ajourné. “Je pensais même la dissoudre, et c’est au moment où je me suis décidée à la vider de mon inventaire que je l’ai revue, et qu’elle m’est apparue!”
Alors, entourée d’une nouvelle équipe, le projet artistique -qui oscille entre naturalisme, suréalisme symbolique et psychédélisme- a pu arriver à maturité, pour enfin éclore. On y retrouve tout ce qui fait la force de l’humanité, sa richesse, sa diversité, sa créativité, et les merveilles terrestres qui font que tout ceci pourrait s’accomplir en parfaite harmonie symbiotique, si seulement on en prenait conscience…
L’exposition semble vouloir nous mettre face à nous même, et nous demander : “alors, quelle route allez vous prendre, maintenant que vous savez?” Bonne question, en vérité… Et vous, quel sera votre choix?

EHB

La Rue en concert à la Citadelle, pour la Saint Valentin!

Par Etienne Boyer le 12 février 2009 - 2 Commentaires

Sacremeustache Beerbaum, instigateur de la retransmission du concert de La Rue sur TourniSamedi 14 février à 21 heures, aura lieu aux pieds de la citadelle, sur les hautes terres de Tournicoton,  la retransmission d’un concert live depuis Grenoble du groupe rock français La Rue. “C’est la deuxième fois qu’on les retransmet sur Tourni”, explique le principal instigateur de l’évènement, Sacremeustache Beerbaum. “Ce coup-ci, on est obligé de le retransmettre en différé, car il n’y a pas de connexion dans le lieu du concert, mais pour le prochain groupe Spaita, ce sera du direct live depuis un théâtre!”

Du rock chez les Cathares!

citadelle_001Pas d’occasion spécifique pour organiser un concert pareil, pas même la fête des amoureux, mais seulement l’envie de les revoir jouer sur écran géant dans Second Life! “La dernière fois, pas mal de monde avait apprécié leur prestation, retransmise depuis les jardins de Philippe Codecco. Je leur ai proposé de revenir, et ils avaient eux aussi un super souvenir de la dernière fois!” Ce concert sera aussi l’occasion, pour tous ceux qui viennent d’arriver in SL, de découvrir l’énorme travail fourni pour la reproduction de la citadelle, ainsi que la très belle exposition photo de l’ange Sacre.

EHB

De la techno chez les pirates!

Par Etienne Boyer le 09 février 2009 - Donnez votre avis

Jeangilles Anthony, l'un des DJ qui animera les 27 et 28 févriers l'île de RememberUn week-end Techno est organisé les 27 et 28 février prochains sur Remember Island, l’île aux pirates du projet Sail Away. Un peu anachronique comme lieu, non? “C’est tout l’intérêt de faire une teuf comme ça”, explique Jeangilles Anthony, l’un des organisateurs, qui connait bien. “Le principe, c’est de faire une soirée fun, avec de bons DJ, dans un joli décor qui change des clubs habituels. Et puis Sail Away est un projet osé et sympa, et j’ai donc eu envie de leur donner un petit coup de main à le faire connaître, en réalisant quelques fêtes sur le land!”

Des artistes à foison, sur deux jours!

Remember Island, la paradisiaque île aux pirates de Second Life, qui abrite le projet Sail AwayA quel style de musique doit-on s’attendre? “le programme sera bouclé une semaine avant la date,  mais on va y retrouver divers styles électro : minimal/techno/eletronic/house/harstyle/hardcore etc”. Quelques noms sont d’ores et déjà  inscrits au programme : Martino Bamaisin, ISItheDreaMakeR, Clastix, Frederick Heberle, M8, et Jeangilles Anthony lui même, bien sûr… A Prod Corp, qui co-organise l’évènement, a décidé d’investir le bateau et la plage pour cette fois-ci, mais n’exclue pas d’envahir la grotte des pirates à la prochaine occasion!

EHB.

Catégories: Concerts, Events, People

Communauté

Déjà membre ?
Login
Se connecter avec Facebook :
dernier visiteurs

Flickr Cartes postales

header-IL2header-TD2Immersive LabEntretien d'embauche/category/second_life/culture/concerts/stgobain_liban1.jpgSainT Gobain Liban 2/category/second_life/culture/concerts/3510415546_5c3e035f41_o.jpg/category/second_life/culture/concerts/3510414710_3f7b1ea9e4_o.jpg/category/second_life/culture/concerts/3510414500_8b54f9fc2e_o.jpgSaint Gobain Liban/category/second_life/culture/concerts/3509603941_c793c58745_o.jpg/category/second_life/culture/concerts/3509603515_fd35bed5e3_o.jpg/category/second_life/culture/concerts/3509603373_34ae41a93d_o.jpg/category/second_life/culture/concerts/3509603237_ce3c0151de_o.jpg/category/second_life/culture/concerts/nkm_twitter.jpgObama visits GhanaGrands moments de solitudeAuto harcélement

Archives

Immersive Lab flux RSS
Agence Internet et Mondes virtuels
Rejoignez nous sur Second Life
Immersive Lab Twitter
Immersive Lab Facebook