Territoire Digital» RP sims http://www.territoire-digital.com à la découverte des territoires du web. Sun, 19 Jul 2009 09:59:06 +0000 http://wordpress.org/?v=2.8.1 en hourly 1 Second Life of the Dead http://www.territoire-digital.com/2009/04/second-life-of-the-dead/ http://www.territoire-digital.com/2009/04/second-life-of-the-dead/#comments Tue, 28 Apr 2009 16:20:27 +0000 eboyer http://www.territoire-digital.com/?p=1570 Aaaargl! trop tard... Il m'a eue, le bougre!Allez, bien que l’on ne soit pas en période d’Halloween, et rien que pour vous prouver qu’on peut encore jouer à des jeux simples et funky -et en solitaire- dans Second Life, voici un petit zoom sur The Zombie Pit (Leros 117/24/23) une sympathique RolePlay sim où vous aurez tout le loisir de vous livrer à votre passe-temps favori et ô combien jouissif : flinguer des tas de zombies à la mitrailleuse lourde, tout en poursuivant votre mission de survie.
De beaux décors, de gros flingues rutilants et pétaradants, des gerbes de sang... Tous les ingrédients de parfaite petite série Z sont là!

Parmi toutes les surprises et l’humour que recèle l’endroit, sachez que Lynna Lebed a laissé de nombreux objets et textures copiables en full perm. Dès fois que vous auriez envie de construire votre propre RP Sim apocalyptique, et ce même si SL en est déjà truffé!

Un peu de sport de nuit jamais!


De petits détails qui tuent... ou presque!Leros appartient à Lynna Lebed, une américaine qui a dédié sa sim toute entière à l’univers des morts-vivants, dans le plus pur style du réalisateur George A. Romero, auteur de la célèbre trilogie « Zombie » (« Night of the living Dead », « Zombi / Dawn of the Dead », et « Day of the Dead »), ainsi que de nombreuses autres séquelles dont le dernier en date « Diary of the Dead », sorti en 2008. Voilà pour les références cultes. Pour la suite, c’est simple : suivez le lien, prenez le système de combat, les armes gratuites (ou payantes, dans l’inévitable magasin) et suivez à la lettre les instructions des notecards que vous donne le bot recruteur de l’armée des chasseurs de zombies. Scène d'apocalypse... Les coupables de ce carnage ne sont pas loin, méfiance!Ensuite, cliquez sur le téléporteur, et rendez-vous dans la ville (à 617 mètres de haut, par là), ou vous pourrez vous entrainer un petit peu sur le matériel et quelques zombies, avant de commencer le jeu à proprement parler.
Le plus plaisant, c’est que cette RP sim est très permissive (pour une RP sim).  En gros, vous pouvez suivre les missions proposées par le jeu, ou juste vous connecter pour faire un petit carton, pendant la pause café. C’est comme vous le sentez…

Un hobby des plus sains…


Méfiez-vous des spirales vertes... C'est par là que l'infection se propage!Leros City est une ville visiblement ravagée par un conflit nucléaire. Le plus souvent déserte en journée, l’ambiance de fin du monde y est tout particulièrement saisissante. Des papiers qui traînent, des poubelles renversées jonchent le sol, ça et là. Plus loin, une voiture flambe, avec un corps ensanglanté à l’intérieur. Même la bande sonore glace le sang!
Je sais… Vous vous dites que c’est gore, et c’est vrai. Mais n’oublions pas qu’il ne s’agit que d’un jeu, et que c’est seulement dans Second Life. Donc bien évidemment, même si un immense effort a été réalisé par la conceptrice, en matière de texture des décors et effets spéciaux, ça reste du relativement rudimentaire.
Et voilà : fichue! Leros City compte maintenant un nouvel habitant... Beware!On est très loin des graphismes, des animations et de la rapidité de “Left 4 dead” (jeu sur PC et Xbox). Les zombies par exemple, sont des bots suiveurs qui apparaissent à l’approche de votre avatar dans leur zone de matérialisation. Mais si leur morsure est plutôt “imagée” (c’est rien de le dire), et leur menace plutôt risible (tellement ils sont lents), vous perdrez quand même des points de vie à chaque contact (ils vous sont rendus au fil du temps qui passe : faudrait pas que vous mourriez trop vite, n’est-ce pas?). Et surtout, ils sont partout! Des égoûts putrides, aux rames de métro taggées, en passant par les bâtiments totalement insalubres que vous visiterez pour collecter vos indices (très importants pour avoir accès à certaines parties de la ville), et vous permettre d’avancer dans le jeu.

EHB.

]]>
http://www.territoire-digital.com/2009/04/second-life-of-the-dead/feed/ 1
Une faille temporelle sur Orange Island! http://www.territoire-digital.com/2009/04/une-faille-temporelle-sur-orange-island/ http://www.territoire-digital.com/2009/04/une-faille-temporelle-sur-orange-island/#comments Mon, 06 Apr 2009 15:21:33 +0000 eboyer http://www.territoire-digital.com/?p=1500 The Kaaos Effect, le nouveau jeu d'énigmes en milieu immersif de MadPea Production.  Nous avions déjà parlé de Madpea, cette société créatrice de jeux dans Second Life, et qui n’en finit pas de sévir sur Orange Island. Son petit dernier, The Kaaos Effect, est un très bon cru…
Sid Mallock, un employé un peu étourdi de la TSD (Temporal Sightseeing Destinations) -une agence organisatrice de voyages spatiotemporels dans un futur plus ou moins éloigné (2050)- a l’esprit un peu « ailleurs » depuis qu’il est tombé amoureux d’Annie. Il n’a pas respecté le protocole de la firme en appuyant sur le mauvais bouton au mauvais moment. Résultat, une partie du laboratoire s’est volatilisé à travers une faille temporelle.

Les eighties comme à l'époque, sauf qu'il n'y a pas de temps pour lambiner : vous devez reconstruire une antenne télé pour pouvoir contacter Sid à travers le dédale temporel!Or, Sid a vraiment besoin de ce job, pour pouvoir quitter l’appartement qu’il partage avec sa mère… Votre mission, si vous l’acceptez, sera de retrouver deux composantes essentielles à la machine, avant que le pot aux roses ne soit découvert par la hiérarchie, qui ne manquera pas de lourder Sid avec pertes et fracas. Gardez-vous de penser que vous l’expédierez les doigts dans le nez : car comme à son habitude, avec « The Kaaos Effect », Madpea n’a pas lésiné sur les effets de surprises et les pièges qu’il vous faudra déjouer!

Chaos temporel pour une amourette!

Hâtez-vous, notre soleil a fini par se transformer en supernova... Si vous restez dans le coin, vous êtes grillés!Prenez le bracelet et le HUD, sensés vous aider dans votre aventure, et laissez vous guider à travers une succession d’énigmes dans les méandres du temps, depuis l’âge de glace jusqu’à la Supernova qui détruira notre monde, en passant par la Chine antique, le temps du Far West, le chicago des années 30, un sous-marin nazi, une réplique de chambre d’adolescent des années 80, etc., le tout pas forcément dans cet ordre là, d’ailleurs. A chaque étape, vous devrez reconstituer ou utiliser un objet ayant servi à communiquer dans son époque… Culture générale sommaire fortement recommandée, mais pas indispensable!

Cette pièce est un cauchemar : il faut trouver une combinaison de cablages pour avoir une bonne liaison téléphone avec Sid. Mais bizarrement, Monty Belgar a eu très vite raison de l'énigme... La chance, sans doute?Mais surtout : faîtes preuve d’intelligence et de réactivité, et ne négligez aucun détail, car la moindre information -aussi insignifiante soit-elle- pourrait bien vous aider à vous tirer de ce mic-mac, et même accéder aux primes et suppléments cachés du jeu! Bref, si le niveau de difficulté reste globalement assez basique (pour qui est familier de ce type de jeu), soyez tout de même le plus brillant possible!

Un bout du bracelet temporel, caché dans une grotte, au temps de la grande glaciation.Ce qu’on aime : l’originalité de cette aventure, qu’on peut quitter à tout moment, et reprendre là où on l’avait laissée; mais aussi la qualité des textures, effets spéciaux et mises en lumière des décors, ainsi que la bande son, toujours somptueux et très réalistes. Seul inconvénient notable : comme pour les précédents,  ce jeu s’adresse à un public anglophone…  Pour les autres, il ne vous restera plus qu’à réviser vos vieux cours du collège avant de vous lancer, ou de garder ouvert un outil de traduction en ligne! Mais dans ce cas là, rajoutez deux à trois fois plus de temps pour venir à bout de ce “Kaaos Effect”!

EHB.

Et pour ceux qui douteraient encore, voici la vidéo Teaser!

]]>
http://www.territoire-digital.com/2009/04/une-faille-temporelle-sur-orange-island/feed/ 3
A visiter absolument, débutant ou pas! http://www.territoire-digital.com/2009/02/a-visiter-absolument-debutant-ou-pas/ http://www.territoire-digital.com/2009/02/a-visiter-absolument-debutant-ou-pas/#comments Thu, 12 Feb 2009 09:24:43 +0000 eboyer http://www.territoire-digital.com/?p=1268 Dans Second Life, le Titanic n'a pas coulé...Voici un article spécialement destiné aux petits nouveaux francophones (vulgairement appelés “noobs”), de plus en plus nombreux sur SL ces derniers temps. Parce que quand on arrive dans un monde virtuel, on est très vite perdu, on ne sait pas toujours quelle direction prendre. Donc, une fois que vous avez appris à maîtriser les fonctionnalités de base de votre avatar, il est grand temps de partir à l’aventure.
Sur Second Life, il y a des tas de choses à faire, et des tas de lieux à visiter (tous pas très recommandables, enfin, ça dépend de ce que vous êtes venus y chercher)! Votre seule limite, c’est l’imagination, car vous venez d’entrer dans l’univers des possibles.
Voici, tout au long de cet article, une sélection non exhaustive de lieux à visiter « absolument »! Attention, toutefois : le temps passe très vite sur SL. Le temps de le dire, et une SIM peut disparaître, puis être remplacée par une autre… Ne soyez donc pas surpris si vous constatez qu’un des liens ci-dessous ne mène nulle part!
Commençons par les lieux d’accueil, où vous pourrez rencontrer des gens aptes à vous guider dans vos premiers pas virtuels…
Coopération francophone, Gaia, 117/235/27
Pour commencer, Gaia : l’île de la coopération francophone, pour retrouver tous vos compatriotes, mais aussi des bons guides qui vous donneront les bases  pour survivre à travers les méandres nébuleux de Second Life…
The refuge, campagne américaine et musiques planantes... Zero Linden, Kuai Hele 96/239/21
Lorsque vous arrivez pour la première fois dans Second Life, vous ressemblez fatalement à un « noob », c’est à dire à un petit nouveau, auquel on a attribué une tenue et un corps par défaut. Ici, vous pourrez vous équiper gratuitement, et donner une « vraie » personnalité à votre avatar… Il y a beaucoup d’autres îles qui contiennent des freebies. Cherchez-les…
Un peu de ski, même hors saison, c'est faisable sur france 3D!Accueil France 3D, Sentu Novio, 94/43/25
Envie de rencontrer plein d’autres français? Allez voir sur FRANCE 3D, vous n’aurez plus que l’embarras du choix pour choisir votre région de prédilection!
Accueil école SL, Ecole SL, 76/120/23
Si vous avez besoin d’apprendre à builder, scripter, texturer dans Second Life, ou bien à vous comporter correctement en société, ce groupe de résident est fait pour vous! Fredylajoie Merlin vous y accueillera comme il se doit!
YadNi’s Junkyard, Leda, 219/22/53
Le grand bazar de Yadni Monde, l’un des tout premiers avatars francophone, où vous trouverez un nombre impressionnant de textures, objets divers, et scripts gratuits…

Plein les mirettes!

Versailles, une RP Sim historique assez bluffante...Second Life, c’est aussi un endroit où vous pourrez découvrir des lieux magnifiques recelant leurs lots de surprises. N’hésitez pas à visiter chaque île où vous attérirez de fond en comble! Certaines sont relativement ressemblantes à celles qu’on connait dans la vraie vie, comme :
Remember Cove Pirates, Remember, 131/44/21
Devenez un apprenti-pirate, avec Rafale Kamachi, directrice du projet de réalisation cinématographique in world « Sail Away »! Grandiose!!!
Ode à l'amour? Une fleur parmi les fleurs, sur Wanderstill!Arcachon, 219/80/28
Arcachon, les huitres, le banc d’arguin, les cabanes tchanquées, la grande dune de Pyla, la réserve ornithologique du Teich, le phare du Cap Ferret…  Tout y est ou presque!  Cherchez Eve Kazan, pour une visite en charmante compagnie…
The Blarney Stone Irish Bar, Dublin, 81/103/25
Un pub irlandais à Dublin, comme si vous y étiez (ou presque), pour trinquer, danser et chanter comme un marin fou, qui croit avoir vu un korrigan dans la brume!
Wanderstill, Ode, 240/240/152
Un immense jardin fleuri, pour les amateurs de promenades champêtres en amoureux! Dans Second Life, vous pourrez marcher sans craindre d’écraser une pauvre marguerite!

Chochou, le paradis des amoureux. Une vraie merveille de romantisme!D’autres sont de véritables poèmes, de hauts lieux de créativité, où l’imaginaire est constamment sollicité. C’est le genre d’endroit typique où l’on prend plaisir à rêver, à imaginer une autre vie, plus reposante que la sienne propre…
Chouchou, 146/159/21
Ne vous fiez pas à son nom idiot. Ces bancs de sables qui ne paient pas de mine, renferment un vrai petit paradis… Grimpez donc à l’échelle, et branchez le son, vous ne serez pas déçu par ce hâvre de paix, à explorer en mode « nuit »! Rien que pour “Chouchou”, SL vaut la peine d’être expérimenté!
Vegetal planet, un jardin géant à visiter de nuit...Enluminuria, Saucier, 157/212/30
Encore un lieu étrange et merveilleux. Si Casimir avait eu une vraie maison, ce serait certainement ici… Toujours pareil, à explorer de nuit, pour en apprécier les variations de lumière multicolores.
Coral Springs, Vegetal Planet, 228/190/23
La magie d’une île marécageuse, aux végétaux géants, tout en lumière. Pour passer un moment romantique à deux… C’est dans ce genre d’endroit qu’on se dit qu’il ne manque plus à Second Life que les parfums…
Immersiva, bizarre autant qu'étrange...Immersiva 35/107/20
Encore un endroit conceptuel un peu barré, fait de métal rouillé et de mobiles bizarroïdes en équilibre précaire, constitués d’objets hétéroclites, qui font penser à de l’art reçyclé.
Second Nature 3, 150/105/21
Cet endroit-ci est des plus minimalistes. Son intérêt ne réside pas dans la beauté du lieu, mais dans son originalité. En effet, vous pourrez observer ici tout un écosystème “extraterrestre” qui vit entièrement de manière autonome. Un travail de programmation des plus admirables!

Pour les joueurs impénitents…

Dans Kingdom of sand, Alibaba et Aladdin ne sont pas loin...Mais Second Life permet aussi de jouer en réseau. De nombreuses îles sont consacrées à ce que l’on appelle le RolePlay, ou jeu de rôle. Et il y en a pour tous les goûts, et sur tous les thèmes en la matière… Univers steampunk, cyberpunk, préhistoriques, péplums, vampires, ou science fiction. Si vous êtes venus pour jouer, nul doute que vous y trouverez ce que vous recherchez…
Russan, Valley of the Jedi, 119/132/718
Il était impossible que la légende Star Wars ne s’implante pas dans Second Life. Elle l’a d’ailleurs fait de manière tentaculaire! Il existe aujourd’hui une trentaine de sims dédiées, avec leurs codes, leurs règles et coutumes strictes. Russan est le siège du nouvel ordre Jedi. Mais si vous vous sentez plutôt l’âme d’un Sith, vous pourrez toujours basculer du côté obscure de la force, en ralliant Korriban 122/199/2665.
La glauque Midian City. Ne vous fiez pas à ses rues désertes : il y a toujours quelqu'un derrière vous pour vous faire passer un mauvais moment...Midian City, 178/108/43
Midian City : encore un lien vers une sim RolePlay, pour les amateurs de mondes persistants décadents et apocalyptiques… Une ville sordide, des coupe-gorges, des sociétés secrètes : bref, tous les ingrédients sont là pour générer un suspense insoutenable. Le propriétaire de la Sim ne permet pas les Landmarks. Copiez-collez le SLURL dans votre navigateur web, et foncez!
MadPea Productions, Orange Island 2, 81/103/25
Pour ceux qui aiment jouer en solitaire : des intrigues, des énigmes, des décors splendides (en anglais exclusivement, malheureusement…)!StarWars RolePlay, un peu partout dans la galaxie SL...
Les Wastelands, Fort Stygian, 119/141/53
Un enchevêtrement de 13 îles cauchemardesques, avec une ambiance entre Mad Max, la planète des singes, et Blade Runner, le tout dans un décor de fin de monde, de désert de sables, et de dépotoir ultra réaliste.
Kingdom of Sand 183/96/41
Une magnifique sim RolePlay avec des histoires, costumes et décors orientaux. Parfois, ce sont des îles entières qui sont des oeuvres d’art à visiter, sur Second Life! Celle-ci en est une.

Une belle place pour les Arts…

Le noomusée de Yann Minh, pour les amateurs de Cyberculture.Et puisqu’on parle d’oeuvres d’art, sachez que Second Life est le repaire de nombreux artistes de tous poils. Ecrivains, peintres, graphistes, sculpteurs, musiciens, vidéastes, le monde virtuel de Linden Lab permet à tous d’assouvir leur créativité, et surtout de la faire partager de manière transdimentionnelle et internationale. Voici quelques-uns de ces lieux d’exposition à découvrir :
Le Noomusée de YannMinh McDowwll, Aogashima, 65/20/40
Pour les amateurs d’arts cyberpunk et de science fiction, des kilomètres de galeries, de peintures, d’infographies et même de builds, et même un petit jeu pour tuer des Zombies, histoire de passer le temps!
The Second Louvre, un immense musée, comme dans la vraie vie!Tournicoton Art Gallery, Kuai Hele, 176/200/21
Là aussi, cette île vous permettra de découvrir des tas de jolies choses, et surtout de rencontrer le gotha culturel francophone de Second Life, de Sacremeustache Beerbaum à Frao Ra, en passant par Joan Horsforth, ou Tilla Tobias. Cherchez votre guide : Mariaka Nishi!
Le collectif Aire, Ecologia Island, 128/131/64
Ici, on entre dans la demeure de l’art transdisciplinaire et interactif, plutôt engagé en faveur de l’écologie. Marc Moana vous fera découvrir son territoire, qui s’étend sur plusieurs plateformes au dessus du sol. Un régal pour les yeux!
Enluminuria, l'île aux enfants n'est pas loin... Du moins au niveau de l'aspect!La bibliothèque francophone, ebeoplex 43/220/21
Voilà un lieu hautement culturel qu’il vous faut absolument visiter! Vous y trouverez des expositions, mais aussi une bibliothèque en ligne. Vous assisterez à de nombreuses conférences, bref, vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer!
Le Parc des Arts, Merien, 239/214/23
Une SIM artistique et engagée, tenue par Yperfokal Allen, et Formentera Voom. Vous y découvrirez notamment une très belle exposition interactive et en trois dimensions sur le Sida, ainsi que le QG des “explorateurs francophones”, un groupe de résidents découvreurs de mondes.
The Second Louvre, Tompson 160/78/100
Une immense galerie d’arts, sur plusieurs niveaux, dans le cadre du chateau du Louvre in SL…

…Et au commerce!

RIL Shopping, la boutique en ligne en trois dimensions qu'on ne présente plus? Enfin, sachez que Second Life est aussi un haut lieu de commerce, ou tout (ou presque) est négociable contre une poignée de Linden Dollars. Alors nous n’allons pas vous faire un listing de tout ce qu’il est possible d’acheter, parce que sinon, on n’en finirait pas… Mais sachez que certaines Sims vont plus loin que le virtuel, en utilisant la technologie 3D comme boutique en ligne, vendant des objets réels payables en euros. C’est le cas de RIL Shopping, 103/20/27, par exemple!

EHB.

Dans le désordre, merci à Rafale Kamachi, Sacremeustache Beerbaum, Claire Pascale, Viceversa Caproni, Mascottus Phlox et Serena Parisi de m’avoir entraîné dans ces jolis voyages!

]]>
http://www.territoire-digital.com/2009/02/a-visiter-absolument-debutant-ou-pas/feed/ 3
Handicap et Second Life, un challenge pas si lointain… http://www.territoire-digital.com/2009/01/handicap-et-second-life-un-challenge-pas-si-lointain/ http://www.territoire-digital.com/2009/01/handicap-et-second-life-un-challenge-pas-si-lointain/#comments Tue, 27 Jan 2009 16:54:08 +0000 eboyer http://www.territoire-digital.com/?p=1179 Sirin Peccable, Owner du groupe Handicap Life in SL, sur l'île Panora...Sirin Peccable est l’owner du groupe Handicap Life (32/99/23) dans Second Life. L’objectif de ce projet pourrait permettre d’abolir le handicap, virtuellement s’entend… Explications :

Montparnasse Belgar : Qui es-tu, et qu’est ce que le projet Handicap Life?
Sirin Peccable: je suis un particulier, parent d’une enfant handicapée mentale. J’ai découvert l’informatique il y a à peu près trois ans. J’ai 43 ans, donc ce n’est pas ma génération! Voilà pourquoi ce retard… Et puis tout cela m’a plu. J’ai decouvert Second Life il y a un peu plus d’un an, et je me suis aperçu que SL offrait de multiples façons de communiquer. Ma fille ne sachant ni lire, ni écrire, je lui ai mis entre les mains son propre ordinateur, et elle a developpé toute seule une méthode pour retrouver ce qu’elle aimait voir sur le net. Après ça, je me suis dit que la fracture numérique n’existait que dans notre tête!
Partant de là, j’ai voulu faire découvrir aux personnes handicapées la possibilité d’utiliser Internet pour communiquer. A force de rencontres sur les blogs, puis twitter, et Second Life en parallèle, je me suis dit qu’il fallait démontrer que cet univers virtuel n’etait pas qu’un lieu imaginaire de vie, mais bien un outil d’échange, voire pédagogique.

Un simulateur qui permet de se mettre virtuellement à la place de non-voyants. MB : D’où l’idée de faire une SIM dédiée aux handicaps?
SP : Oui, voilà, avec la proposition de liens entre SL et les sites web, ou Blogs qui informent sur le handicap. Et puis des salles de conférence, des lieux de recrutement, afin de permettre aux personnes en mobilité réduite de pouvoir utiliser ces services, à l’image de ce que d’autres acteurs ont fait dans SL pour les personnes valides. J’ajoute à cela l’outil pédagogique qu’offre SL avec ses constructions en 3D et ses textures, tout à fait adaptées à l’enseignement des jeunes déficients mentaux. Sans compter que les éducateurs peuvent aussi utiliser cette plateforme en matière de sociabilisation. Le lieu, “Second Life” est aussi une façon pour eux  de pouvoir communiquer avec des personnes valides, plus facilement que dans le monde réel.

L'exposition photo de PersonnaTrèsGrata. MB : Qui dit projets de grande ampleur, dit forcément partenaires…
SP : Le premier interessé par ce projet a eté Emmen Tal, de Stonfield Inworld, qui m’a mis en relation avec le Crédit Agricole, qui héberge le bâtiment aujourd’hui. PersonaTrèsGrata a aussi été de suite interessé, et propose aujourd’hui l’exposition photo, ainsi que des témoignages de vie par projection vidéo. Une association belge “Handimobility.org” est enchantée de faire partie du projet. Enfin, je dirais que le quatrième serait pour moi RIL Shopping, car la vente en ligne est aussi un atout de qualité pour les personnes en situation de handicap. De plus, dans un avenir proche, j’ai en projet  la possibilité de vendre des productions realisées par des C.A.T., par exemple.

MB : Que trouve t-on dans le bâtiment Handicap-Life?
SP : un pole d’offres d’emploi, puis viendra un e-commerce pour du materiel pour fauteuils, et j’aimerais aussi trouver des partenaires du secteur telephonie, et de la domotech. Il y a aussi des salles de projection, un hall d’expo, des jeux (un rubik’s cube géant), et un simulateur pour se mettre a la place d’un non-voyant. D’autres simulateurs de ce type viendront bientôt.
Donc aujourd’hui, Handicap-Life n’accueille pas encore du monde, mais il fallait ouvrir pour que les personnes visualisent le concept. On commence par des expos, des vidéos, ce que veulent les premiers partenaires, et l’inertie fera le reste, avec un peu de prospection. Car je me suis aperçu que les avatars de SL et autres sont sensibles aux causes sociales et participent volontiers. Dernierement je suis allé chercher des fauteuils. Et quand l’owner a vu que je faisais ce projet,  il m’a tout simplement remboursé les achats pour la cause! Je pense que la communauté virtuelle est sensible a cela.

Le bâtiment de Handicap Life...MB : Oui, donc tout espoir est permis! Mais sinon, Tu as des expériences de personnes handicapées de ton groupe qui utilisent SL?
SP :  Oui il y a Philippe notre ami belge, il y avait aussi Tricycle, mais là, il est moins présent. Sans compter tous ceux que l’on ne sait pas. Et puis le projet interesse aussi des developpeurs pour l’accessibilité entre le materiel (autre que la souris et le clavier) et l’univers virtuel. Et le plus intéressant, c’est que cela permet des contacts européens et étrangers. Certains contacts naissant commencent à donner de jolies choses. Par exemple, “PersonaTrèsGrata” qui a fait la splendide exposition sur la déficience mentale dans le réel sur Paris, ou encore avec Hugobiwan Zolnir, qui cherche à faire la passerelle entre Paris Handicap-Life et Rennes, comme ce qui s’est fait lors des Transmusicales 2008.
Mais parallèlement, on sait que ce projet a beaucoup plu, puisque très rapidement le groupe sur facebook s’est développé, et est aujourd’hui composé de 176 membres.

MB : Et euh… Tu fais tout ça à titre bénévole? Je veux dire, ça a dû te prendre un temps monstrueux pour monter ce bâtiment, et toutes ces fonctionnalités!
SP : oui, c’est dans le cadre du bénévolat. Mais bon, quand il y a le plaisir, ça se fait! Je n’ai pas compté le temps passé, mais le projet a commencé debut décembre. J’avais un peu d’entraînement car j’ai implanté dans SL le premier Syndicat CFTC, avec un bâtiment qui permet une prise de renseignements sur les activités du syndicat. Là, c’était la CFTC qui payait le bâtiment et le terrain.

MB : La suite des évènements?
SP : Et bien maintenant, je vais me consacrer a trouver des exposants en lien avec le handicap, comme Agefiph, et d’autre services.

Propos reccueillis par EHB.

]]>
http://www.territoire-digital.com/2009/01/handicap-et-second-life-un-challenge-pas-si-lointain/feed/ 9
Maître Jedi, et française, un sacré challenge ! http://www.territoire-digital.com/2009/01/maitre-jedi-et-francaise-un-sacre-challenge/ http://www.territoire-digital.com/2009/01/maitre-jedi-et-francaise-un-sacre-challenge/#comments Fri, 09 Jan 2009 17:23:36 +0000 eboyer http://www.territoire-digital.com/?p=1109 Géographie terrestre, et intergalactique, c'est au menu des cours dispensés par Claire Pascale, sur RuusanSi des noms comme Dagoba (Falkor 127/45/401), Endor (The Outer Rim 72/30/688), Tatooine (Skylar 229/25/22), Naboo (Brunswick 114/46/21), ou Coruscant (Coruscant city 131/137/143) sonnent complètement exotiques pour vous, si « Darth Vader » vous rappelle le nom d’une obscure marque de bière texane, et « Luke Skywalker » celui d’un nouveau crooner bellâtre américain, si le terme « Jedi » est pour vous un jour de la semaine placé entre le mercredi et le vendredi, mais écrit avec une faute de frappe, bref, si « Star Wars » ne vous dit absolument rien, cela veut dire que vous avez vécu toute votre vie en forêt amazonienne (ou dans un placard à balais), ou que vous venez d’une autre planète ! Et dans un cas comme dans l’autre, vous avez toute une éducation à refaire…

Petite visite de Ruusan, "la vallée des Jedi", à bord du vaisseau bulle de Claire Pascale!« Star Wars » (ou « la guerre des étoiles », en français dans le texte), est tout d’abord la saga space opera de George Lucas, génial cinéaste américain qui a inventé toute une histoire se déroulant “il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine” … Entre 1977 et 2005, il a tourné pas moins de six films (deux trilogies) sur le sujet, et l’on de compte pas les séries dérivées, les dessins animés, jeux vidéos, jouets, livres et autres bandes dessinées qui ont inondé le marché à la suite de cette épopée grandiose qui a marqué au fer rouge l’âme d’au moins deux générations dans le monde entier ! En plus d’être une gigantesque succès commercial, Star Wars est une institution pour des millions de personnes, au même titre que Tintin, Mickey, ou Coca Cola ! Voilà pour l’introduction…

Soyons sérieux : ceci est un jeu !

Une quasi-obligation, pour les visiteurs, de se fondre dans les décors (somptueux), afin de respecter le rythme et le cours de l'histoire que vivent les RolePlayersClaire Pascale est française, et sur Second Life, elle porte le titre de Council Master dans le RolePlay StarWars (qu’elle fréquente depuis deux ans), au sein du très prestigieux Nouvel Ordre des Jedi (la création du NOJ date de 2003, ce qui en fait l’un des ordres philosophique et d’enseignement les plus anciens du jeu), basé sur Ruusan (120/132/719), et dont le but est de former physiquement et intellectuellement ses élèves (les padawans) aux chemins de la sagesse et de la Force. On y trouve une bibliothèque, une école, un temple, un hôpital, des lieux de méditation (pratique très courante dans la culture Jedi, et permettant de maîtriser les émotions et les passions), etc. C’est une planète très harmonieuse et calme, complètement différente de celles qu’on peut trouver chez les Sith (les ennemis des Jedi), qui sont en général des lieux de perdition comme sur Korriban 158/131/25.

Un simulacre d'adoubement : Montparnasse Belgar fut fait chevalier Jedi le 9 janvier de l'an de grâce 2009 (pour pouvoir frimer dans Territoire Digital, seulement)!Le SWRP est très structuré et hiérarchisé. Chaque Jedi s’attribue des fonctions particulières ainsi que des spécialités dans divers domaines. Bien sûr, comme dans tout RolePlay, il y a des affrontements entre les personnages. Ceci est rendu possible dans Second Life par le biais de systèmes de combat plus ou moins sophistiqués. Mais que l’on se rassure, lorsqu’un Jedi meurt en mission, son alter ego humain ne meurt pas dans la réalité ! « Même son avatar ne meurt pas vraiment : il devient seulement Out Of Context (OOC) pendant trois jours… », relativise le maître Jedi.
«C’est très organisé, et on n’est pas là pour rigoler, mais pour jouer ! Comme tu peux le voir, on ne fait pas les choses à moitié, et on n’entre pas dans le groupe des Jedi aussi facilement… », explique Claire. Car n’oublions pas que nous sommes dans un jeu de rôle, avec des codes très stricts…

Une école par le jeu

Un Sith veille au grain, sur Korriban...« Il faut passer une période probatoire pour être accepté en tant qu’élève, et attendre au moins 4 mois avant d’espérer pouvoir devenir chevalier Jedi ! C’est vraiment une école, avec des leçons de build et de script (il y a 27 leçons, 4 niveaux, et les padawans doivent construire eux-mêmes leurs sabres laser, ce qui peut durer un certain temps…), des batteries de tests, des cours collectifs ou avec un mentor. On y apprend les bonnes manières, à utiliser la Force pour faire le bien, et non pas pour la contrôler, comme le font les Sith ».

Sur Tatooine, planète de l'ignoble bandit "Jabba The Hutt", un Stormtrooper et un Jedi en mission...Mais en tant que NOJ, Claire, qui croit très fort en l’e-learning en monde persistant, s’est assignée d’autres fonctions d’enseignante : « Il y a environs 1500 joueurs dans ce RolePlay. Ce sont en grande majorité des américains (il n’y a que deux français chez les NOJ), et donc ils fonctionnent comme tels ! Et vue la frénésie avec laquelle ils jouent, il me semblait important que certaines notions leurs soient inculquées. Par exemple, ils n’ont quasiment pas de notions de géographie, et l’écologie est un concept qui leur est assez étranger. On part donc des problématiques réelles de la Terre, et on essaye de la transposer et de l’organiser dans le jeu.»

La gorge de karkoon, repaire du tout puissant Sarlaac, jolie (et dangereuse) animation sur Tatooine...Claire, qui travaille au développement international pour faire connaître le jeu, aimerait entre autre les sensibiliser à la sauvegarde des espèces, et leur apprendre qu’il n’y a pas que les USA dans la vie, et que les européens vivent à un autre rythme horaire que le leur…
«Mais tout ceci est très intéressant, en terme de management d’une grande communauté. Le SWRP est réparti sur 35 à 45 sims, ce qui fait qu’il y a un immense potentiel de jeu et d’apprentissage. En plus : rien de tel pour apprendre -ou parfaire- son anglais! »

EHB.

]]>
http://www.territoire-digital.com/2009/01/maitre-jedi-et-francaise-un-sacre-challenge/feed/ 3
YannMinh Mcdowwll, prince de la cyberculture in SL http://www.territoire-digital.com/2009/01/yannminh-mcdowwll-le-prince-de-la-cyberculture-in-sl/ http://www.territoire-digital.com/2009/01/yannminh-mcdowwll-le-prince-de-la-cyberculture-in-sl/#comments Mon, 05 Jan 2009 17:20:24 +0000 eboyer http://www.territoire-digital.com/?p=1042 Petite visite du NooPark, avec son propriétaire YannMinh Mcdwwll.Yann Minh (YannMinh Mcdowwll in SL) est un artiste cyberpunk polyvalent qui œuvre aussi bien dans lla vidéo, l’image de synthèse, l’infographie, ou même l’écriture (il se définit lui-même comme artiste multimédia et Noonaute). Il était normal qu’il ait lui aussi son extension digitale sur Second Life. Son île, le Noopark (Aogashima 203/111/25) est un véritable musée constitué de nombreuses galeries consacrées à la cyberculture, à la science fiction, à l’érotisme et au fantastique sous toutes ses formes… Un des lieux les plu hétéroclites -en matière d’arts graphiques- à visiter dans l’univers virtuel créé par Linden Lab. Velasquez en 3D, une illustration de la préhistoire de l'art cyberpunk, selon YannMinh Mcdowwll. « Le Noopark est le transfert noosphérique sur SL, de mon musée virtuel en 3D temps réel, appelé le Noomuseum. Celui-ci a d’abord été construit dans un autre cyberespace : le FPS  Unreal Tournament, datant de l’année 2004. Il est dédié à la préhistoire de la cyberculture, et aux crypto-métaphores sexuelles en art et au cinéma… », explique celui qui n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’il est l’un des précurseurs de la cyberculture en France. Il a par exemple exposé une installation vidéo multimédia immersive en 1983 au musée d’art moderne du centre Beaubourg à Paris qui anticipait Matrix et  second life :  “le scénario de Media 000 réalisé en 1982 est l’histoire d’une jeune femme qui vie dans un monde onirique réaliste généré par un ordinateur, et qui refuse de sortir de cet univers au risque d’y perdre la vie.”
Yann Minh se compose des looks très appropriés...Entre autres créations sur SL, sa reconstitution en 3D du tableau de Velasquez « les menines » est absolument bluffante. « Ce tableau est emblématique du diorama de ma conférence sur le thème de  la préhistoire de la cyberculture. Le fameux ‘truc du miroir’ donne à cette peinture une dimension immersive. Un peu comme dans les jeux video, ou les MMORPG du type de Second Life. Le miroir reflète la toile posée devant Velasquez : c’est à dire un portrait du roi et de la reine d’Espagne. Ce qui veut dire que NOUS sommes le roi et la reine d’Espagne ! Et c’est pour cette raison qu’on peut considérer que ce tableau est un jeu d’immersion virtuelle avant l’heure », analyse t-il, intarissable sur le sujet.

Là où le cyberpunk fait son show

Une des magnifiques infographies d'Eric Wenger, exposée dans le NooParkMais toutes les œuvres exposées dans le Noopark ne sont pas de lui. Yann Minh a toutefois choisi d’exposer des artistes dont le travail colle avec son concept. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y en a une sacrée kyrielle ! On y trouve Eric Wenger, par exemple, créateur d’images de synthèses, et concepteur du moteur de BRYCE, un célèbre logiciel de création de paysages virtuels. Eric qui a créé aussi le logiciel Metasynth, utilisé entre autre par les sound designers de Matrix, utilise Second Life comme d’un instrument de musique pour faire des concerts en RL exploitant les spectaculaires capacités de spacialisation du son de SL.
L'attaque des Morts Vivants, revu et corrigé version interactive dans le NooParkUn autre endroit de l’île est consacré au projet « Traverses, le livre voyageur », que nous avons évoqué dans nos colonnes en fin d’année dernière, et qui représente une autre facette de la cyberculture, en quelque sorte…
Les dessinateurs Jean Yves Kervevan, Rachid Guendouze, et Luh, ou encore les illustrateurs Eikasia, Alain Brion, Bastien L, Martine Fassier, et Jean-Marie vives (auteur des mate-paintings des films Alien IV et la cité des enfants perdus) y ont aussi pignon sur rue… Manchu, célèbre auteur de couvertures de livres de Science Fiction est aussi du voyage, avec sa galerie attitrée, tout comme de nombreux autres auteurs.
L'univers glauquissime de Bastien L., avec ces très belles infographies cybertrash.« Au nord ouest du Noopark se trouve le NooBar. Un endroit pour chater, se poser, rencontrer d’autres avatars. Cette partie de l’ile est tenue par la photographe RL & SL Willow Ahn ». C’est un endroit où elle organise ses expositions d’art temporaires, comme elle le faisait auparavant, sur son île Alchimie, qu’elle a dû fermer suite à l’augmentation des tarifs de Linden Lab.
Le petit plus du Noopark ? Un espace jeux de rôles dans lequel les avatars sont confrontés à l’attaque d’une horde de zombies particulièrement agressifs. Bref, il faudrait des jours et des jours pour parcourir toute l’île, et en percer tous ses secrets, dont certains sont réservés à un public plutôt averti… Mais il vaut mieux être équipé d’une bonne carte graphique !

EHB.

]]>
http://www.territoire-digital.com/2009/01/yannminh-mcdowwll-le-prince-de-la-cyberculture-in-sl/feed/ 3
Des jeux de rôles en veux-tu, en voilà ! http://www.territoire-digital.com/2008/10/des-jeux-de-roles-en-veux-tu-en-voila/ http://www.territoire-digital.com/2008/10/des-jeux-de-roles-en-veux-tu-en-voila/#comments Wed, 22 Oct 2008 15:50:42 +0000 eboyer http://www.territoire-digital.com/?p=595 Second Life est aussi le théâtre de nombreuses RP SIMs (pour « RolePlay Simulators »), à ne pas confondre avec les « Combat SIMs », bien qu’on puisse aussi s’y battre, dans lesquelles les résidents qui le désirent peuvent participer à des jeux de rôles en trois dimensions, en fonction d’un thème générique choisi.

Sur Second Life, il existe un grand nombre de RP SIMs qui évoluent dans de nombreux thèmes très différents, allant du péplum (The Roman Empire 2/125/21), au western (sur les îles Tombstone Arizona 84/115/21) à l’Heroic-Fantasy du monde de Gor (sur Thentis 121/50/30), en passant par les univers gothiques sombres et cyberpunks (comme Midian City 138/44/30, ou Toxian City 252/108/23), ou carrément la science fiction dans la plus pure tradition (sur Dune Imperium 36/68/25, ou Star Wars 133/116/38).

Bien sûr, grand nombre de ces SIMs sont généralement en langue anglaise, mais il en existe en français, comme Vamps Nest 62/127/32, par exemple, une île qui, comme son nom le suggère, est infestée de vampires, mais aussi de lycanthropes…*

Petits bijoux de graphisme

Bien entendu, chaque RP SIM possède son propre scénario, ses propres règles (très particulières et très strictes), ses modalités d’expression, ses modes de combat (affichés dans un HUD, avec des unités de mesure comme le pourcentage de points de vie, d’endurance, et d’adresse), et ses personnages emblématiques. « Ce n’est pas exactement comme dans un jeu de rôle classique », explique Erin Delpaso, dont le personnage est une lycanthrope de Vamps Nest. « Chacun crée son histoire dans l’histoire, et choisit d’intégrer un clan ou non ». Certains résidents SL, exclusivement role-players, prennent d’ailleurs leur personnage très au sérieux ; tant et si bien qu’il est quasiment impossible de communiquer avec eux sur tout autre sujet que celui qui intéresse la SIM sur laquelle ils jouent…

Si le principe de la fiction dans Second Life peut être assez divertissant, avouons que ces îles -très souvent extrêmement fouillées au niveau des décors et des textures- restent fréquemment peu peuplées, voire désertes… Ce qui est nécessairement dommage, lorsque l’on constate la somme de travail qu’elles ont nécessité pour leur construction.

EHB

*Attention, sur la plupart des RP SIM(s), la fonction “Voler” a été volontairement désactivée par le propriétaire. D’autrepart, ces îles sont souvent “cachées” : il n’est pas possible d’y poser un repère. Pour les retrouver, il suffit de chercher dans le champ de recherche de votre navigateur SL.

]]>
http://www.territoire-digital.com/2008/10/des-jeux-de-roles-en-veux-tu-en-voila/feed/ 0
MadPea, un "petit-pois fou" dans le métaverse… http://www.territoire-digital.com/2008/10/madpea-un-petit-pois-fou-dans-le-metaverse/ http://www.territoire-digital.com/2008/10/madpea-un-petit-pois-fou-dans-le-metaverse/#comments Mon, 20 Oct 2008 14:22:56 +0000 eboyer http://www.territoire-digital.com/?p=523 De téléportation en téléportation, il arrive que l’on tombe sur des choses qui sortent un peu de l’ordinaire. Le spot de MadPea productions, installé sur les parcelles d’Orange Island 2 (181/211/45) en fait partie. Montparnasse Belgar y a rencontré Kiana Writer, fondatrice,  directrice et scénariste finlandaise de la compagnie qui produit des jeux de rôles sur Second Life. « Nous sommes présents sur SL depuis février 2008. Nous nous appelions ‘Beyond Imagination’, mais avons dû opter pour ‘MadPea Productions’ pour des raisons d’enregistrement en juillet dernier.  Nous créons des divertissements avec contenus interactifs pour nos clients implantés sur Second Life. »
MadPea est auteur d’une douzaine de petits jeux, mais propose d’ores et déjà cinq jeux très complets sur les parcelles allouées par Orange. On y accède par les ascenseurs disposés autour du marais, situé au milieu de l’île. Rien ne laisserait présager que plusieurs univers se cachent sous ces eaux dormantes…
« Nous essayons de représenter un peu tous les styles de jeux, mais ce sont principalement des mystères, avec des énigmes à résoudre. Ici, nous aimons bien lancer des défis aux gens ! Ce que nous voulons, c’est repousser les limites de SL le plus loin possible, afin de donner à chaque joueur une expérience vraie ! »
Au vu du résultat stupéfiant, on peut dire que c’est « mission accomplie » !

Jeux dont vous êtes le héros, en 4D

MadPea Production propose donc des aventures à vivre en trois (voire quatre) dimensions, qui s’apparentent un peu à celles que l’on pouvait lire dans les fameux « livres dont vous êtes le héros » de notre jeunesse, et où les joueurs doivent faire des choix et récupérer des objets, déterminant les suites possibles de l’histoire…
Les designs des structures et le travail de texturing, purement époustouflants et attractifs, donnent un rendu très réaliste et participent à la création d’ambiances angoissantes, typiques des grands thrillers fantastiques hollywoodiens.
Dans « Swamp Hotel » (l’hôtel englouti), il faut retrouver des clients disparus dans des circonstances étranges. Au menu : zombies et passages spatio-temporels…  « Firefly » est une histoire d’amour sur fond de cauchemar (qui se joue plutôt en mode nuit, donc), avec une fin surprenante. Dans « Zodiac Killer » (et sa séquelle « Within »), premier jeu de ce type sur Second Life, il faut découvrir les raisons d’une série de meurtres horribles, en se livrant à une terrifiante chasse à l’homme.  « Mad Mines » est quant à lui un concept plus léger de chasse au trésor au milieu de mines marines, mais qui combine stratégie et adresse.

Vers d’autres univers virtuels

Mais le plus étonnant et intéressant, finalement, c’est que tous ces jeux, de très grande qualité -pour Second Life-  tant au niveau graphique et technique que scénaristique sont gratuits pour les résidents qui veulent s’y essayer ! Seul inconvénient : il vaut mieux comprendre l’anglais pour pouvoir en apprécier toutes les subtilités…

Aujourd’hui, en partenariat avec Fairyverse (une société qui fabrique des « bots »*), la compagnie est en cours de réalisation du second épisode de son jeu « Within », qui devrait être ouvert au public d’ici trois semaines. Cette fois-ci, après l’immersion au sein d’une organisation secrète de tueurs, les joueurs seront invités à la plus grande poursuite jamais courue dans Second Life, passant du thriller fantastique à la science fiction…
« Il faut s’attendre à de grosses surprises », termine Kiana Writer, qui préfère ne pas en dire trop afin de sauvegarder le suspense.
Sur Second Life, les jeux de MadPea Productions sont situés sur Orange Island2, mais aussi sur Avgi, Aldrich et Fairyverse. Mais la société, dont les membres sont éclatés un peu partout à travers le monde, est en pleine expansion, et pourrait très prochainement s’étendre à d’autres univers virtuels.

EHB.

* Bots : Intelligences artificielles présentes dans Second-Life sous forme d’avatars non-contrôlés par de vraies personnes, programmés pour assurer des fonctions spécifiques 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 (comptages, invitations, renseignements, etc.), mais aussi pour servir de personnages actifs dans les jeux.

]]>
http://www.territoire-digital.com/2008/10/madpea-un-petit-pois-fou-dans-le-metaverse/feed/ 2