Des concerts live in SL pour la bonne cause!

Par Etienne Boyer le 04 mai 2009 - Donnez votre avis

Cat Boucher, manageuse de club dans Second Life, invite de nombreux artistes à se produire live. Son prochain projet : des concerts au bénéfice de Médecins sans Frontière.Montparnasse Belgar a rencontré Cat Boucher par pur hasard… En cherchant un musicien susceptible de vouloir se produire live in SL, lors d’un Event de RIL Shopping, elle est allée faire un petit tour au bar The Blarney Stone, à Dublin, voir si les Irlandais amateurs de chansons seraient à même de lui donner une piste. Là, elle a rencontré la tenancière des lieux, qui lui a suggéré de s’inscrire dans le groupe Live Music Enthusiasts, qui répertorie un certain nombre d’artistes et managers, mais aussi de lieux de concerts. A peine la première annonce était-elle déposée sur le tchat du groupe, que déjà les réponses ont fusé. Cat Boucher fut la première à répondre, et à communiquer des dizaines de contacts de musiciens SL et RL de grand talent, et dont Monty Belgar (et son alter ego) n’avai(en)t même jamais entendu parler…

Grâce à l’aide de Cat Boucher, RIL Shopping a pu faire découvrir au public francophone des artistes comme Olhos Atentos, ou FunkyFreddy en mars dernier, au cours de mémorables soirées. Rendez-vous fut pris, afin de passer la belle à la question, un jeu auquel l’allemande philanthrope s’est prêté en anglais dans le texte, avec la gentillesse qui la caractérise, dans son fief, sur Yongnam.

Cat Boucher : Bienvenue Monty! C’est ma maison ici, ce bâteau dans un arbre!
Montparnasse Belgar: Waow! C’est superbe! Merci pour l’invitation.

CB : Je te ferais visiter tout ça, si tu veux. Mais assieds-toi, je t’en prie!
MB : Merci Cat. On fera ça après l’interview si tu veux bien. Avant de commencer, il faut que tu saches que tu as un certain nombre de « Jokers », si tu ne veux pas répondre à des questions d’ordre personnel. Je ne publierai pas des choses que tu voudrais tenir secrètes.
CB : Merci, lol. Je suis prête!

Funkyfreddy, guitariste-chanteur et auteur-compositeur américain jouait live dans le club de Cat, fin mars dernier. MB : Okay, Cat, tu es sur Second Life depuis combien de temps, et pour quelles raisons?
CB : J’ai créé mon compte en février 2007. Au début, c’était juste pour m’amuser. J’en avais entendu parler dans une émission de télé, et j’ai voulu savoir par moi même de quoi il s’agissait au juste. J’ai donc commencé à découvrir SL, et ai été impressionnée par la créativité dont les gens font preuve ici. J’ai rencontré quelques personnes, rejoint plusieurs groupes, dont Live Music Enthusiasts. Ça m’a fascinée de pouvoir écouter des artistes provenant du monde entier.
En mai de la même année, j’ai rencontré un gars, et nous sommes devenus amis. Il était musicien dans la vraie vie, et je l’ai aidé à monter son premier concert in SL, dans le club d’un ami. Ce dernier avait besoin d’aide pour manager son club, il m’a demandé si je voulais en être, et j’ai dit oui. Quelques mois plus tard, il a déménagé, et j’ai pris la décision d’ouvrir mon propre club.

MB : Et c’est comme ça que tu es devenue manageuse de club dans Second Life!
CB : lol, oui, à New York! J’ai transformé ce qui n’était alors quasiment qu’une boite à DJ en salle de concert, produisant principalement de la musique en direct, qui faisait aussi office de gallerie d’art, parce que je trouve que la musique et les arts plastiques vont bien ensemble. Je pense que j’étais certainement une des premières à faire ça sur Second Life.

MB : Est-ce ta principale occupation dans Second Life?
CB : Oui, je suis là pour travailler, supporter et promouvoir des musiciens. J’essaye aussi de faire la même chose en RL.

MB : Ah mais tu veux dire que c’est carrément ton vrai job dans la vraie vie?
CB : Eh bien ça va un peu dans cette direction, oui. Je travaille avec un label de disques en Angleterre, mais aussi avec un manager RL/SL. Cela a vraiment commencé dans Second Life, mais j’ai eu travaillé dans le marketing, chez BMG. Et j’ai grandi dans une famille de musiciens. Donc quelque part, tout ceci ne m’était pas étranger.

MB : Je vois! Avant qu’on poursuive ton histoire dans Second Life, peux-tu nous en dire un peu plus sur ta vraie vie, ou est-ce de l’ordre du privé?
CB : C’est en partie privé. Dans la vraie vie, je suis ergothérapeute, mais je ne pratique pas pour le moment. Je vis dans une ferme en Allemagne, et cela me prends beaucoup de temps! Je ne t’en dirais pas plus à ce sujet, je ne pense pas que ce soit nécessaire ;-)

Grâce à Cat Boucger, le groupe de Reggae Bresilien Olhos Atentos a pu venir se produire dans le RIL Store.MB : Pas de soucis! Revenons à ton cheminement dans Second Life, si tu veux bien…
CB : Alors c’est parti! En octobre 2007, j’ai donc ouvert mon premier club avec seulement 30 membres! Ce n’est pas énorme, mais j’ai commencé comme ça, et aujourd’hui, j’en suis à 360! Mais devenir membre du club n’est possible que sur invitation. C’est ma manière à moi d’être certaine que ce sont de vrais fans de musique, et aussi des acheteurs potentiels.

MB : Des acheteurs???
CB : Oui, c’est très important pour les artistes : des acheteurs de leurs CD, ou de leurs mp3. Comme je te disais, je supporte et fais la promotion de musiciens. Ceux qui sont dans mon groupe sont tout à fait capables d’envoyer des invitations à tous leurs fans, où qu’ils jouent. Et ils peuvent en joindre beaucoup!
Grâce à ce système, je n’ai pas peur de predre des membres qui iraient voir ailleurs… Beaucoup de gens pensent que je suis folle de faire comme ça, mais j’ai pu constater l’efficacité de cette méthode.

MB : Comment entres-tu en contact avec les artistes que tu comptes produire?
CB : En fait, nombre d’entre eux me demandent eux-mêmes de venir jouer chez moi. Parfois, je vais moi même à leur recherche, en allant voir des concerts, ou alors ce sont des musiciens de mon groupe qui me les recommandent. J’organise aussi des tremplins, pour trouver des nouveaux talents.
Je suis ouverte à tous les styles. Je n’ai pas d’a priori en la matière. Mes goûts personnels ne rentrent pas en ligne de compte. Mais ma seule exigence, c’est que ça doit être bon. J’entends par là de bonne qualité. Je travaille principalement avec des auteurs compositeurs, dont la plupart sont aussi des musiciens dans la vraie vie. Je ne suis pas vraiment une manageuse de groupes. J’essaye juste, en utilisant mon réseau d’amis et connaissances techniques de les aider, en tout cas de les  pousser à se dépasser. Et SL est vraiment une super endroit pour ça.
Je précise que pour pouvoir se produire dans mon club, il est recommandé de jouer des titres originaux, plutôt que des reprises. Si c’est pour entendre de la variété type MTV ou Top 50, mieux vaut que les gens allument leur télé! Et mes invités attendent quelque chose de différent, et plus ou moins jamais entendu ailleurs, dans d’autres clubs. Souvent des nouveaux, ou des artistes officiant dans un genre expérimental.
Certains d’entre eux, comme Euterpe Queller, Anek Fuchs, ou Peregrine Singh ont fait leur premier concert SL chez moi!

MB : A ce propos, as-tu quelques anecdotes sympathiques à raconter?
CB : Ah oui, j’ai une jolie histoire! Tu connais Joaquin Gustav? C’est un guitariste argentin qui joue essentiellement du tango. J’ai commencé à travailler avec lui en 2007, lorsqu’il était relativement nouveau et portait encore sa skin de newbie. J’avais organisé un concert dans mon club, mais le musicien n’est pas venu. Joaquin, qui était dans le public, m’a demandé s’il pouvait aider. Je ne le connaissais pas à l’époque, et lui ai rétorqué “qu’il pourrait m’aider seulement s’il était musicien…” Il a répondu  : “Oui, je le suis… Dois-je monter sur la scène et commencer à jouer?” Et je l’ai suppliée de le faire, bien sûr!
Depuis, je le supporte et le fais travailler à la première occasion. Et là, il vient de recevoir le LAMA Award, qui récompense le meilleur musicien d’origine Latine!
Je ne dis pas qu’il est devenu célèbre grâce à moi, mais je suis l’une des première à lui avoir donné l’opportunité de jouer. Il est déjà tellement bon qu’il aurait pu y arriver tout seul, de toute façon. Mais je suis fière d’avoir su voir sa valeur, et pu l’aider.

Le petit paradis de Cat Boucher dans Second Life, sur YongnamMB : Jamais de mauvaises surprises avec les musiciens?
CB : Pas vraiment, sinon je m’en souviendrais… Non, juste les trucs habituels : le stream qui ne fonctionne pas, le musicien qui ne peut pas se connecter, une date oubliée, ou carrément la sim qui se déconnecte! Mais bien entendu, je ne dirais rien si j’en avais eu ;-)
Mais bon… La plupart des gens avec qui je travaille sont adorables, et quelques uns d’entre eux sont même des amis précieux.

MB : Louer des musiciens a un coût. Comment fais-tu pour financer tout ça?
CB : Simplement avec des pourboires! Je n’ai pas d’autre rentrée d’argent dans Second Life, même si je créée quelques trucs de temps en temps. Donc j’investis pas mal d’argent moi même, mais si c’était un jeu, je ne le ferais pas. C’est que j’ai un gros et nouveau projet derrière tout ça.

MB : Ah oui? Quoi donc?
CB : Je veux collecter des fonds pour Médecins Sans Frontières! Ça a été un peu difficile à négocier avec l’organisation humanitaire, parce qu’ils avaient déjà refusé une offre émanant directement de Linden Lab. Mais il y a quelques semaines, ils m’ont rappelé pour me dire qu’ils sont prêts à essayer. Apparemment, ils ont aimé le concept de toucher le monde réel avec le monde virtuel (et vice-versa). En gros, je vais organiser (dans SL d’abord, en RL ensuite, si possible) des concerts de six heures une fois par mois, avec une douzaine de musiciens de tous horizons à chaque fois. Tout l’argent collecté reviendra à l’organisation.

MB : Woaw, énorme! Et c’est pour quand?
CB : J’espère que ça va démarrer très vite. Enfin ça va dépendre de pas mal de choses : de ma réactivité à  porter et développer le projet, mais aussi des musiciens, qui peuvent parfois être longs à répondre. Mais pour l’instant, Al Hofmann, Donfranko Dagostino, Peregrine Singh, Lollo String, Euodia Baxton, Zerbie Magic, Freestar Tammas, yewall Paine, Truelie Telling et Jeanchritof Chevalier ont d’ores et déjà accepté de se produire pour Médecins Sans Frontières.
Il faut aussi que j’envoie les liens de ces artistes au QG berlinois de l’organisation, histoire qu’ils vérifient qu’ils n’emploient pas de textes nazis, ou quoi que ce soit d’autre de politiquement incorrect… Ils sont très stricts et vigilants avec ça, et je les comprends. Pour te donner un exemple, ils n’ont pas accepté une donation de la compagnie Siemens à cause de sa participation au régime nazi, pendant la seconde guerre mondiale.

Propos recueillis et traduits de l’anglais par EHB.

Catégories: Concerts, Events, Musique, People

L’Irlande à portée de clic…

Par Etienne Boyer le 16 octobre 2008 - Donnez votre avis

Commerce, culture, éducation, jeux de rôle, les usages de Second Life et des métaverses en général sont multiples, et surtout parfaitement compatibles avec une vie réelle. Après une journée bien remplie, rien de tel que d’aller au pub irlandais du coin, se jeter une salve de cette excellente mousse brune (ou ambrée) locale, tout en assistant à un concert de musique celtique. Mais l’Irlande du sud, ce n’est pas vraiment la porte à côté, surtout lorsqu’on habite au fin fond de la campagne, au sud de la France…
Qu’à cela ne tienne, pour quiconque possède un compte SL, rien n’est impossible !

Ambiance de pub !

La communauté irlandaise et irlandophile de Second Life est vaste et très active, ce qui fait que  Dublin est à portée d’écran, puisqu’un complexe de trois îles virtuelles entières est consacré à la capitale de la république d’Irlande ! Le bar The Blarney Stone 81/81/25 y est l’un des lieux les plus courtisés par les aficionados de Guiness (ou de Kilkenny) ; mais bien d’autres îles existent sur le même thème, comme par exemple Luimneach Eire 51/119/24, où l’on peut aussi, par le biais du Limerick Buddy’s bar, voir des concerts live sur SL.
Profitons-en, le Halloween traditionnel se fête à la fin du mois!

Légendes celtiques

Admettons qu’il ne fasse pas un temps à aller aux cèpes ce week-end… Ce serait l’occasion inespérée d’aller rendre une petite visite à ce Dublin virtuel, très fidèle à la réalité et plein de surprises (comme ce réseau de labyrinthes caché sous la mer…), et de s’imprégner de l’ambiance irlandaise typique… Je passe sur les monuments historiques, monolithes ancestraux et autres forêts enchantées, que l’on retrouve sur de nombreuses sims. Mais si vous voulez un peu d’action, alors rien de tel qu’une petite escale sur Galendor 37/149/27, un jeu de rôle en 3 dimensions, à large connotation médiévale, où vous pourrez vous attaquer à toutes les créatures qui composent le légendaire celtique !
On le voit : tous les moyens sont bons lorsqu’il s’agit de découvrir une autre culture!

Catégories: Lieux, Second Life

Communauté

Déjà membre ?
Login
Se connecter avec Facebook :
dernier visiteurs

Flickr Cartes postales

header-IL2header-TD2Immersive LabEntretien d'embauche/tag/internet/stgobain_liban1.jpgSainT Gobain Liban 2/tag/internet/3510415546_5c3e035f41_o.jpg/tag/internet/3510414710_3f7b1ea9e4_o.jpg/tag/internet/3510414500_8b54f9fc2e_o.jpgSaint Gobain Liban/tag/internet/3509603941_c793c58745_o.jpg/tag/internet/3509603515_fd35bed5e3_o.jpg/tag/internet/3509603373_34ae41a93d_o.jpg/tag/internet/3509603237_ce3c0151de_o.jpg/tag/internet/nkm_twitter.jpgObama visits GhanaGrands moments de solitudeAuto harcélement

Archives

Immersive Lab flux RSS
Agence Internet et Mondes virtuels
Rejoignez nous sur Second Life
Immersive Lab Twitter
Immersive Lab Facebook